"Grands REPORTAGES" et "REPORTAGES Découverte" - Dimanche 3 avril 2016

"Grands REPORTAGES" et "REPORTAGES Découverte" - Dimanche 3 avril 2016
publié par Nathalie Maeder le 15/03/2016


Un Magazine de la Rédaction
Dirigé par Pascal Pinning
Présenté par Anne-Claire Coudray

DIMANCHE 3 AVRIL 2016 A 13H30

 

I

 

e512df38-ee06-410d-a9d0-8da981c25852.jpg

 

 


     
 

 



8346d3fe-2a73-46d8-a927-1d56035f0df2.jpg

 

MARIAGE :

POUR LE MEILLEUR
ET POUR LE STRESS


Un reportage de Marie-Alix Brucker
Image : Mathieu Duboscq, Pierre Tailliez
Montage : Gianni Collot (La Feelgood Company)

 
 

Ils s'aiment, et s'apprêtent à se dire "oui" pour la vie.
Ce qu’ils ne savent pas encore, c’est que les mois qui les séparent de la cérémonie, et du plus beau jour de leur vie, va être un chemin pavé d’embûches, et de petites ou grandes angoisses… Pendant plus de six mois Grands Reportages a suivi trois couples en plein préparatifs.
 
Tiphaine et Brice se sont lancé un défi : organiser le mariage de leurs rêves avec un budget réduit : 6 500 euros, moitié moins que la moyenne des couples français. "L'objectif, c'est de réunir tout le monde, de faire une grande fête. Et je pense qu'on peut le faire avec pas forcément beaucoup de moyens", explique Tiphaine. Pour faire des économies, le jeune couple ne manque pas d’imagination : mettre la famille à contribution, acheter d'occasion... Tous les moyens sont bons.
 
Isabelle et Didier sont confrontés à un problème plus spirituel. Lui est juif, elle est catholique, et pas question pour eux d'imposer à l'autre sa religion. Ils ont donc opté pour une cérémonie laïque. "Si j'avais voulu me remarier religieusement, il aurait fallu qu'Isabelle se convertisse. Ca ne change rien à notre amour", affirme Didier. Mais les enfants issus de sa première union, eux, sont moins enthousiastes. Certains ont même laissé entendre qu'ils n'assisteraient pas au remariage de leur père. Didier a quelques mois pour les faire changer d'avis…
 
Enfin, Elodie et Pascal sont des férus d'Histoire de France. Pour eux, le mariage est donc l'occasion de partager avec leurs proches cette passion dévorante. "On voulait un thème pour faire voyager les gens qu'on aime et on s'est dit que la Belle Epoque c'était bien", s'amuse Elodie. Pour que la fête soit réussie, encore faut-il convaincre leurs invités de se costumer en tenue 1900.
Trois couples, trois histoires, trois problématiques…mais une même envie plus forte que tout : se marier.

 

 



 
 

 

eaa58029-307d-4207-85c5-1e7582903c86.jpg

 

 


     
 

 



4 SAISONS A BARCELONE 

 

I

 

dfc26528-fd33-4248-b187-26b7bc9e3c2e.jpg

 

 



Un reportage de Bertrand Aguirre et Remi Cadoret
Image : Remi Cadoret
Montage : Arnaud Mouillevois (Altapress)

 
Barcelone est  la plus cosmopolite des villes d’Espagne. C’est aussi l’une des villes les plus visitées d’Europe.  17 millions de touristes y passent chaque année.  Son ambiance, son charme, ses traditions et son climat décident certains à ne plus la quitter. Pendant un an, les équipes de Grands Reportages ont suivi ces amoureux de Barcelone et ont découvert, avec eux, les secrets de cette cité qui ne dort jamais.

Romain est d’origine toulousaine . Il cuisine à Barcelone depuis 16 ans  avec la même passion… et un certain succès. Romain possède plusieurs restaurants, dont l’une des meilleures tables de la ville. « A Barcelone c’est la chaine de l’amitié ! Je monte des affaires avec des amis, on partage nos idées, nos projets ». Parmi  ses amis, Oscar, un Catalan qui lui aussi aime la bonne chère. Avec lui, Romain nous entraîne dans le vieux port , a la rencontre des derniers pêcheurs de crevettes de Barcelone puis  dans le marché de la Boceria sur la fameuse avenue des Ramblas ou les deux compères ont un projet : « ici on va ouvrir un bar à huîtres ,une première à Barcelone ! ». Mais cette année, Romain a un autre challenge à relever… il va devoir préparer un repas pour 120 sommités de la gastronomie mondiale.
Joao, lui, est arrivé  il y a 6 ans. Sur son sidecar il fait découvrir la cité catalane…à ciel ouvert : « j’adore cette ville, ici les gens savent s’amuser » s’exclame ce jeune d’origine portugaise. Aujourd’hui Joao possède 4 sidecars qui tournent à plein régime... la demande est telle qu’il a décidé de développer son entreprise en achetant deux vieux minibus  qu’il doit entièrement retaper. Grâce à ces nouveaux véhicules Joao va faire découvrir à des groupes les environs de Barcelone, comme les magnifiques vignobles du parc naturel  d’Elalla
Eduard et Salvatore sont eux, des Barcelonais pure souche… depuis des générations ils défient les lois de la pesanteur « nous sommes des castellers , nous construisons des pyramides humaines de plus de 9 étages ». Les castellers sont une des plus anciennes traditions catalanes. Pour la fête de la Merce la sainte patronne de Barcelone Eduard, Salvatore et les centaines d’autres castellers  vont tenter de construire la plus haute pyramide de leur histoire.
Emmanuel Petit a quitté la France et son métier de publicitaire à Lille pour venir s’installer dans le quartier de Gracia, l’un des plus typique de la ville.
Dans son atelier-boutique, avec sa femme, il crée toutes sortes de meubles  a partir de palettes recyclées : « ici c’est comme un village, tout le monde se connaît. La plupart de mes clients sont des gens du quartier ». Tous les ans, avec ses voisins, Emmanuel participe au grand concours de rue de Gracia. Ensemble, ils se démènent pour faire de leur rue…la plus belle du quartier. «  Ce qui me plait c’est que pour les décorations, l’on doit uniquement utiliser des produits recyclés, des boites d’œufs, des bouteilles en plastique et les résultats sont fantastiques ». 
Enfin…La Sagrada Familia… c’est la star de Barcelone….3 millions d’entrées par an… c’est aussi le plus vieux chantier du monde. L’architecte Jordi Fauli l’héritier de Gaudi nous entraîne dans ses coulisses : « à chaque fois que je rentre dans la basilique j’ai un choc, une émotion …la lumière des vitraux qui se reflète sur les murs est a chaque fois différente ».Dans les sous-sols, Jordi nous fait découvrir ses trésors, les maquettes qu’Antoni Gaudi a construit lui-même : «  Sans ces maquettes nous ne pourrions pas poursuivre les travaux car Gaudi ne travaillait pas avec des plans juste avec des maquettes ! ». Jordi et ses tailleurs de pierre se sont tous engagés à terminer la Sagrada Familia en 2026… Soit tous juste un siècle après la mort d’Antoni Gaudi.
 

 

Press Kit

Partager