Léo Mattéï saison 7 – Interview de Jean-Luc Reichmann

Léo Mattéï saison 7 – Interview de Jean-Luc Reichmann

publié par Bastien Vaz le 04/02/2020
«Main dans la main avec les jeunes»
«Idole des jeunes» selon le classement des 50 personnalités préférées des Français publié par TV Magazine, Jean-Luc Reichmann revient dans Léo Mattéï pour deux soirées riches en surprises sur TF1. En parallèle de ses enquêtes, le commandant Léo Mattéï va tout faire pour recoller les morceaux avec sa fille, assignée à résidence dans un centre éducatif fermé. Jean-Luc Reichmann révèle les contours de cette septième saison…
leo_mattei_s7.jpg

Dans quel état d’esprit Léo Mattéï est-il au début de la saison 7 ?
Mattéï est bouleversé car, à la fin de la saison 6, sa fille est emmenée dans un centre d’éducation fermé. Cet établissement est synonyme de prison pour Eloïse et son père. Pendant huit ans, ils ont été séparés. Léo Mattéï se demande comment il va s’en sortir avec sa fille, dévastée par son enlèvement. Il sait qu’elle doit bien se tenir pour éviter la prison mais Eloïse reste incontrôlable. Mattéï n’est pas au bout de ses peines car sa fille cache un lourd secret lié à son enlèvement…

Que nous réservent les nouveaux épisodes de la série ?
Cette saison, Léo Mattéï revient pour quatre épisodes avec deux nouvelles enquêtes. Nous avons vraiment voulu prendre le temps d’installer ces histoires en faisant des doubles épisodes. Dans les deux premiers, les téléspectateurs pourront suivre les retrouvailles de Léo Mattéï avec une amie de longue date, Karine, propriétaire d’un centre équestre dans lequel elle accueille des enfants en difficulté. Pour la première fois, des sentiments amoureux naissants vont semer le trouble dans l’esprit de Mattéï… Karine est la mère de Lucas, un adolescent proche d’une victime qui a fait une chute mortelle dans les calanques de Marseille. Tout porte à croire qu’il s’agit d’un accident, mais ce n’en est pas un. La semaine suivante, Mattéï enquêtera sur un meurtre dont le seul témoin est un enfant atteint de troubles autistiques. Il se heurte au mur du silence et essaie de faire parler ce jeune garçon par l’intermédiaire de la musique. Léo Mattéï devra également faire face à Thierry, le père de l’enfant. Ce dernier tient sa famille sous sa coupe, à commencer par sa femme, Alice. Il semble aimant, mais aussi très troublant.

Cette année encore, vous accueillez plusieurs guests…
Je suis très heureux d’avoir accueilli ces comédiens car je suis convaincu que les téléspectateurs ont envie de les voir. Florence Pernel (Karine) a été merveilleuse dans Le bazar de la charité, récemment diffusé sur TF1. Avec Solène Hébert (Alice) – qui joue dans Demain nous appartient – et le chanteur Lenni-Kim (Lucas), j’ai souhaité travailler main dans la main avec les jeunes. Ce dernier, qui a aussi fait quelques apparitions dans Demain nous appartient, est surprenant dans son premier grand rôle dans une fiction française en prime time. Quant à Sagamore Stévenin (Thierry), il revient sur TF1 quatre ans après la diffusion du dernier épisode de Falco, la série dans laquelle il tenait le rôle principal.
 

matteijlrpernel.jpg
 
matteijlrlennikim.jpg
 

Quel souvenir gardez-vous du tournage ?
Je garde en mémoire des images fantastiques. Des calanques à un centre équestre, en passant par le soleil et les tempêtes de fin d’année à Marseille, nous avons capturé des moments fabuleux. Pendant deux mois, nous avons posé nos valises dans la cité phocéenne afin de nous plonger totalement dans l’intrigue. J’ai également été très ému de tourner avec Tom, l’enfant qui joue le personnage atteint de troubles autistiques dans la deuxième enquête de Mattéï. Nous avons choisi un enfant réellement atteint de cette pathologie, sur une sélection de dix jeunes acteurs. Il n’avait jamais joué la comédie et nous devions parfois prendre plus de temps pour le tournage de certaines scènes. Souffrant de troubles autistiques, Tom ne comprend pas le second degré. Pour être comédien, il faut jouer un jeu. Mais il ne jouait pas ; Il était lui-même. C’était si émouvant à voir que certains membres de l’équipe avaient les larmes aux yeux… Il se trouve que nous avions choisi de développer cette intrigue avant que je fasse la connaissance de Paul sur le plateau des 12 coups de midi. C’est une coïncidence incroyable. D’ailleurs, ce dernier est venu me rendre visite sur le tournage de Léo Mattéï. J’étais très heureux de lui faire découvrir l’univers de la série.

Pourquoi êtes-vous aussi touché par la protection des enfants ?
Etant à la tête d’une famille recomposée de six enfants, je suis très impliqué dans leur éduction. Si je ne suis pas un papa parfait, j’essaie de donner le maximum en prenant en compte les paramètres de la société actuelle comme les réseaux sociaux ou encore le harcèlement scolaire. La protection des enfants et des adolescents est mon fer de lance. C’est pour cela d’ailleurs que j’ai accompagné des enfants et adolescents hospitalisés, le 29 janvier dernier à Disneyland, pour l’opération Pièces Jaunes.

Le ministère de l’Intérieur s’est intéressé à «Léo Mattéï»…
Joël Beck, ancien commandant aujourd’hui chargé de communication au ministère de l’Intérieur, est venu nous rendre visite sur le tournage de Léo Mattéï et cela m’a touché. Pendant une journée, nous avons beaucoup échangé et le ministère de l’Intérieur a publié un article dans son magazine, Civique. Il parle de la façon dont un grand média peut, à travers des fictions comme Léo Mattéï, transmettre des messages et faire de la prévention. TF1 diffuse la série pendant les vacances scolaires, ce qui permet aux enfants et aux adolescents d’être au rendez-vous devant leur télévision. Il est important que nous puissions sensibiliser les téléspectateurs, de toutes les générations, aux sujets qui traitent de l’enfance et de l’adolescence. Si Léo Mattéï pouvait faire bouger les lignes, j’en serais très fier.

 

Press Kit

Partager