2020 Le Pari(s) des Enfoirés - Interviews des artistes

Restos du Coeur

2020 Le Pari(s) des Enfoirés
Vendredi 6 mars à 23:00

2020 Le Pari(s) des Enfoirés - Interviews des artistes

publié par Vanessa Vincent le 07/02/2020
Ils ont relevé le Pari(s) des Enfoirés !
Entre deux concerts, une coupure rapide pour dîner, et quelques retouches maquillage, plusieurs artistes viennent confier leurs impressions à chaud…
les_artistes_1.jpg
Christophe Chevalin

CLAUDIO CAPÉO
«C’est ma deuxième participation aux Enfoirés, mais j’ai encore l’impression d’être le petit nouveau. Je suis toujours le même gamin qui court partout en coulisses, fier d’être là pour aider Les Restos du Cœur, même si on rêve tous d’une société où l’exclusion, quelle qu’elle soit, n’existe plus. Des artistes aux bénévoles, en passant par les techniciens, la sécurité, l’équipe des secouristes, on vit une semaine très forte sur le plan émotionnel car on évolue ensemble en immersion. Le moment le plus intense reste le matin avec plus de 2 500 bisous et quelque 4 078 «checks» à faire pour profiter les uns des autres ! Cette année, la troupe a décidé de consacrer un tableau à mon titre Riche et cela me touche beaucoup. Kad Merad l’interprète particulièrement bien et écouter les enfants reprendre le refrain en chœur me bouleverse.»
 

LIANE FOLY
«Un nouveau spectacle, c’est toujours un nouveau challenge. Cette année, on accueille à bras ouverts plein de petits nouveaux et c’est important car ils sont en train de prendre le relais. Ces jeunes talents comprennent tout de suite l’état d’esprit des Enfoirés et s’intègrent très vite à la troupe. Ils sont indispensables car il y a moins d’anciens. Les Enfoirés sont devenus par leur force médiatique, artistique et musicale, la belle vitrine des Restos du Cœur. Nous faisons ces sept concerts, mais on peut aider l’association toute l’année à travers de nombreux événements. Participer aux Vendanges du Cœur, reverser les recettes d’un concert, offrir des places de spectacles aux bénéficiaires illustrent les nombreuses possibilités qui s’offrent à nous. Quand on soutient cette cause, on le fait toute l’année. Le Pari(s) des Enfoirés rend un très bel hommage à la Ville Lumière. Il y a plus de medleys et de chansons interprétées en entier. Le tableau de Vivre pour le meilleur se distingue par sa simplicité et sa sobriété. C’est celui qui a ma préférence. A titre plus personnel, c’est un grand bonheur pour moi de retrouver Véronique Sanson et Muriel Robin, avec lesquelles j’ai déjà fait une longue route aux Enfoirés…»

les_artistes_2.jpg
Christophe Chevalin

 

NOLWENN LEROY
«Cette année, le tableau dédié à Dalida à travers Mourir sur scène me touche beaucoup. Il est très poétique et ce fut émouvant de l’incarner avec Maëlle, Vitaa, Jenifer et Marie-Agnès Gillot. Il y a moins de filles que les années précédentes. Au moins on est tranquilles dans les vestiaires, on ne se marche pas dessus ! Cette édition laisse encore plus la place aux interprétations à trois ou à quatre artistes. Les tableaux sont plus épurés. Il y a moins de sketchs. C’est un retour aux sources, à l’essence même des Enfoirés. On se disperse moins pour se concentrer sur de très beaux tableaux. C’est un spectacle très équilibré. Je suis émue du retour de Véronique Sanson après vingt ans d’absence. Je trouve important de lui réserver un moment à part car elle est l'un des piliers fondateurs de la troupe. Laurent Voulzy, Alain Souchon, Francis Cabrel ou encore Maxime Le Forestier se sont retirés et on peut imaginer les célébrer à leur tour si l’un ou l’autre souhaite revenir. Cette réunion d’artistes reste exceptionnelle et unique au monde. Elle nous lie pour toujours, que l’on manque ou non une année. Coluche a rendu cela possible et c’est fantastique».
 

les_artistes_3.jpg
Christophe Chevalin

BLACK M
«C’est ma première année, mais je suis un Enfoiré de cœur depuis longtemps ! Je suis très fier d’avoir rejoint la troupe. J’ai été approché plusieurs fois par la production, mais je n’étais pas disponible. Soprano m’a aussi beaucoup poussé à m’engager. Cette troupe incarne toutes les valeurs qui sont importantes pour moi : l’altruisme, la générosité, l’entraide et la bienveillance. J’ai découvert les coulisses de cette «grosse machine» avec des yeux d’enfant. C’est une aventure humaine exceptionnelle. Je connais 90% des artistes sur scène et tout le monde se donne à fond. Ce n’est que du positif ! En coulisses et sur scène, tout va très vite, mais le show s’organise dans la bonne humeur. Habitant à cinq minutes de l’Accor Arena, j’ai pu venir avec mon fils de 7 ans. Il joue dans les couloirs avec le chien de Slimane, persuadé que papa est simplement venu chanter avec des copains ! La jeune génération d’artistes que nous représentons avec Vitaa, Slimane, Soprano et Kendji apportent certainement un vent de fraîcheur car on a un public très jeune. C’est ce mélange des genres et des générations qui fait la magie de ce spectacle».

 

les_artistes_4.jpg
Christophe Chevalin

ELENA NOGUERRA
«Le tableau consacré à Vivre pour le meilleur de Johnny Hallyday où nous sommes tous sur scène, est très fort. Il est d’une grande sobriété et le jeu des lumières est magnifique. C’est ma première aux Enfoirés et je suis surtout bluffée par l’engagement total des 320 bénévoles des Restos du Cœur qui s’activent jour et nuit pour faire tourner cette grosse production. Je pense en particulier au bénévole qui, en me ramenant en voiture, m’a expliqué prendre quinze jours de congés pour s’occuper exclusivement des questions logistiques lors des sept concerts. Voir la scène française réunie, toutes générations confondues, est très beau. Ecouter les plus jeunes reprendre Jacques Brel ou Dalida est aussi une façon de rendre hommage à la chanson française. Cela permet de faire perdurer les grandes voix».
 

ALICE POL
«C’est une première pour moi et c’est une découverte totale ! Imaginez un lapin dans les phares d’une voiture ! Les Enfoirés, c’est une expérience surréaliste ! Me concernant, soit je chante, soit je me déplace, mais les deux en même temps : c’est une catastrophe ! En plus, j’ai eu la bonne idée de mettre de la crème sur mes mains juste avant d’entrer sur scène et mon micro glissait tellement que j’ai dû les essuyer sur un bout du décor ! Chanter devant des milliers de spectateurs est très angoissant mais lorsque l'on est ensemble, on se dit très humblement que cette grosse machine ne dépend pas d'une seule personne et cela détend beaucoup ! Du coup, on lâche prise et on accepte les petits ratés. On ne cache rien au public et on en rit avec lui. Il y a des petits moments de solitude avec les fausses entrées, ce qui m’est arrivé avec Gérard Jugnot ! Les Enfoirés, c’est dingue et c’est pour ça que c’est unique. Tout à l’heure, je discutais dans le noir avec une dame au premier rang : un moment aussi improbable qu’agréable. Cela déstresse. J’ai été surprise de voir si bien les visages des spectateurs : leur joie, leur impatience et leur générosité. Le public est très éclairé et on mesure, en le regardant, notre chance de chanter pour lui ».

 

les_artistes_7.jpg
Christophe Chevalin

 

SLIMANE
«Je suis très heureux que Vitaa ait rejoint la troupe. Une fois que la production l’a appelée, elle a immédiatement décroché son téléphone pour me demander comment ça se passait ! A peine arrivée, elle était déjà comme un poisson dans l’eau ! Je garde un souvenir incroyable de ma première participation aux Enfoirés l’an dernier. J’ai été très bien accueilli et quelle fierté d’intégrer cette troupe ! C’est l’un des moments de ma carrière où je me sens le plus utile. Je mets un point d’honneur à me rendre disponible toute la semaine car c’est important. J’essaie de m’investir encore plus cette année car j’ai trouvé mes marques. Je me suis rendu à l’ouverture d’un centre des Restos du Cœur à Paris puis, au lancement de la dernière campagne dans le XVème arrondissement. Certes, on fait moins la fête qu’à Bordeaux l’an dernier, mais avec Claudio Capéo, on a encore de la voix pour le dernier concert !»
 

SOPRANO :
«On est là pour donner, pour ramener un maximum de monde et aider les Restos du Cœur. Donner est le mot-clé, c’est le plus important. Quel régal : les artistes sont heureux, le public déchire ! Je suis content que Black M nous ait rejoints. Il a un grand cœur. Il avait un peu peur d’intégrer les Enfoirés. Je l’ai rassuré et il vit une semaine de folie ! Vitaa vit aussi un truc de fou ! Lorsque je vois tous les artistes transpirer sur le tableau Le coach avec Tony Parker, je ne sais pas si c’est un cadeau de reprendre mon titre car c’est très physique ! Je vous assure qu’ils sont tous K.-O. après ! Si je baigne dans la musique urbaine depuis toujours, j’apprécie de découvrir de nouvelles chansons comme Combien de murs ? de Patrick Bruel. Les paroles déchirent. Pouvoir mélanger tous les types de musiques sur scène casse des barrières. La musique est un langage universel qui permet de partager les plus grandes émotions. J’ai déjà vu Patrick Fiori reprendre Je danse le Mia. Cette année, on interprète Plus tard de Bigflo & Oli et le résultat est là. A quand une reprise de Diam’s ?»
 

VITAA
«J’ai vécu ma première comme une enfant qui rejoint une troupe pour un immense spectacle de fin d’année, avec autant d’excitation que d’angoisse. Je ne m’attendais pas à un accueil aussi chaleureux de la part du public. C’est vraiment particulier. Slimane m’avait beaucoup parlé de cette semaine à part, mais c’est encore différent de la vivre en direct. Je me suis totalement laissé embarquer dans cette aventure et je suis sous le charme. Je connais déjà plein de monde, à commencer par les techniciens que l’on croise toute l’année sur les plateaux de télévision. Tous les Enfoirés m’ont très bien accueillie, à l’image de Mimie Mathy. J’adore Muriel Robin et j’ai pu échanger avec elle. J’ai retrouvé mon grand copain Soprano et je me suis rapprochée de Christophe Maé, que j’adore. Ce spectacle est une grosse machine qui roule très bien. Les costumes sont incroyables, les robes d’époque sont très belles et je trouve les tableaux très poétiques. Pendant l’hymne, j’ai revu ma vie défiler en quelques minutes car c’est un show que je suivais chaque année avec mes parents. Je suis vraiment fière d’avoir été appelée et vous pouvez d’ores et déjà compter sur moi l’année prochaine !»

 

les_artistes_5.jpg
Christophe Chevalin

CHRISTOPHE WILLEM
«Je suis heureux de faire partie de cet élan de solidarité. En tant qu’artiste, il est important de montrer l’exemple en jouant collectif pour une cause importante. Aux Enfoirés, je retrouve une deuxième famille et j’attends, chaque année, cette semaine avec impatience. J’ai intégré la troupe en 2009 et pourtant, je me retrouve toujours dans les petits nouveaux qui font leurs premiers pas à nos côtés. Je me souviens de la bienveillance de Jean-Jacques Goldman et de Zazie, qui m’ont accompagné lors de ma première édition. Ici, ce n’est pas un concours de chant. L’essentiel est d’être présent. En tant que chanteur, on peut avoir un avis sur des tessitures de voix, aiguiller d’autres artistes, leur donner des petits conseils. Il arrive à Michèle Laroque de me demander de l’écouter pour lui donner mon avis. De même, je n’hésite pas à interpeller d’autres Enfoirés sur les placements sur scène qui sont toujours un mystère pour moi, même si un moment de gêne est vite passé !»
 

les_artistes_6.jpg
Christophe Chevalin