Les Enfoirés jouent le jeu - Interview de Sophie Bazou

Spéciale 30 ans des enfoirés

Les Enfoirés jouent le jeu
Samedi 30 novembre à 22:20

Les Enfoirés jouent le jeu - Interview de Sophie Bazou

publié par Karelle Bourgueil le 12/11/2019
«L’occasion de remercier les fans»
En novembre 1989, les Enfoirés entamaient leur première tournée de concerts en France. Trente ans après, les artistes continuent de répondre présent pour venir en aide aux plus démunis. Sophie Bazou, responsable des Enfoirés, détaille l’intégralité des événements mis en place pour fêter cet anniversaire exceptionnel.
lesenfoiresjouentlejeu.jpg

TF1 propose une émission «Les Enfoirés jouent le jeu». En quoi consiste-t-elle ?
Ce programme, présenté par Nikos, est un jeu de culture générale sur les trente dernières années, émaillé de questions sur les Enfoirés et d’extraits sonores et vidéos, auquel participent des artistes de la troupe des spectacles de ces dernières années. Il y a un mélange d’anciens, que l’on n’a pas vus depuis longtemps, et de plus jeunes. Ils répondent toujours présent pour ce genre d’événement. Leur fidélité est assez incroyable. Depuis le début de l’année, nous avons voulu fêter les 30 ans des Enfoirés. Cela a commencé dès janvier avec le concert à Bordeaux et pour la date anniversaire, nous prévoyons plusieurs événements.

Lesquels ?
En parallèle de la diffusion de l’émission, un coffret intitulé Les 30 ans des Enfoirés 1989-2019 va être édité. Il retrace trente ans d’histoire à travers trente chansons sélectionnées par le public sur notre site internet, ainsi qu’une version audio et DVD du premier concert des Enfoirés en 1989 avec Jean-Jacques Goldman, Eddy Mitchell, Michel Sardou, Johnny Hallyday, Véronique Sanson et Michael Jones. Il contient également neuf singles emblématiques en version karaoké et le tee-shirt anniversaire 1989-2019, porté par les artistes lors du final de l’édition de cette année.

Une exposition est également organisée…
Mise en scène par l’un des membres de la direction artistique des Enfoirés, Mathias Goudeau, cette exposition qui aura lieu au Pavillon Villette du 28 novembre au 29 décembre, est une occasion de remercier les fans. Ils pourront découvrir ce qui se passe de l’autre côté du rideau. On dévoilera l’envers du décor et on leur montrera comment tout cela se met en place. Ils vont entrer dans un bus puis cheminer tout au long de l’organisation et de l’histoire des Enfoirés. En parallèle, il y aura aussi une vente aux enchères en ligne d’objets iconiques des différents spectacles, de costumes marquants, de quelques éléments de décor et des pièces inédites que l’on s’est vu offrir au fur et à mesure des années.

Que représente pour vous cet anniversaire ?
Je participe aux Enfoirés depuis seulement dix ans mais au-delà des concerts, mon souvenir le plus marquant reste la première fois où j’ai découvert le backstage. Ce fut renversant ! La particularité de ce show est de mélanger un spectacle vivant - en l’occurrence un concert -, et une émission de télé avec un nombre incroyable d’artistes. Il y a un rideau noir derrière la scène et personne ne sait ce qu’il s’y passe. Cette organisation m’avait vraiment laissée baba. J’ai aussi été marquée par ce côté famille et le lien que l’on développe avec les gens, rassemblés pour la même cause, même si on ne les voit que quinze jours dans l’année. C’est quelque chose d’excessivement fort. Artistiquement, l’hommage rendu à Véronique Colucci l’an dernier m’a forcément énormément touchée…

Les Enfoirés ont créé l’engouement de toute une génération. Comment séduire les nouvelles ?
Le jeu proposé sur TF1 est aussi une façon de plaire aux plus jeunes. Parmi les artistes qui nous accompagnent chaque année, nous cherchons à renouveler les talents. Nous avons pu le voir lors de la participation de La Bande à Fifi ou de Malik Bentalha. Ils parlent à une génération beaucoup plus jeune que celle qui a commencé à suivre les Enfoirés il y a trente ans. Cette année encore, de nouveaux talents viendront renforcer la troupe et parler au plus grand nombre. Je ne suis pas inquiète sur le renouvellement : quand on regarde le public dans la salle les soirs de concert, il y a beaucoup d’enfants !