LE BAZAR DE LA CHARITÉ - LES MARIS

LE BAZAR DE LA CHARITÉ - LES MARIS

publié par Aurélie Binoist le 28/10/2019
Autour des trois héroïnes, les maris...
Aimés ou détestés, ces trois hommes occupent une place particulière dans la vie de nos héroïnes…
lbdlc_3_filles_ok.jpg

 

Gilbert Melki est Marc-Antoine de Lenverpré
Le mari d’Adrienne de Lenverpré est un homme dur et assoiffé de pouvoir qui brigue la présidence du Sénat. En découvrant que sa femme veut divorcer, il entre dans une colère noire et lui enlève sa fille pour l’empêcher de le quitter.

«Quand j’ai reçu les scripts, je me suis assez vite projeté dans le personnage. Marc-Antoine de Lenverpré est vraiment un homme antipathique. Mais je ne voulais pas en faire une caricature. Je pense que même chez les plus grands dictateurs, il y a une part d’humanité. S’il n’est pas attachant, il fallait faire sentir la souffrance qui le guide, celle de ceux qui veulent y arriver à tout prix. Il a une soif de pouvoir insatiable et veut devenir président du Sénat, mais je suis parti du postulat qu’il était réellement très amoureux de sa femme. Il a viscéralement besoin d’elle. En apprenant qu’elle veut le quitter, il est totalement anéanti. Adrienne est la seule à pouvoir le déstabiliser parce qu’il n’a pas de prise sur elle et ça le rend fou. Jouer sur cette folie, sur son côté obsessionnel, me plaisait. C’est aussi un homme intelligent et intuitif. Quand il apprend la mort de sa femme dans l’incendie, il sent tout de suite qu’il y a quelque chose de bizarre et ne veut pas y croire. Il va tout faire pour connaître la vérité.

Nous avons parfois eu des journées très longues, il a fait froid et nous avons dû nous lever tôt pour entrer dans les costumes mais franchement, ce tournage a été très agréable. Alexandre Laurent y est pour beaucoup : très présent, il laisse aussi de la liberté à ses comédiens et apporte un enthousiasme communicatif. Cette série a énormément d’ambition et je suis ravi du résultat. Les costumes et les décors sont fantastiques, les scènes de l’incendie impressionnantes... Le premier épisode se devait d’être fort pour annoncer la suite, je ne suis pas déçu !»

lbdlc_melki_menace_adriene_ok.jpg
 
lbdlc_melki_hop_ok.jpg         

 

Aurélien Wiik est Jean Rivière
Cocher chez les Jeansin, Jean est l’époux de Rose. Pour s’élever socialement, il prévoit de partir avec elle tenter sa chance en Amérique. Mais l’incendie du Bazar va bouleverser ses projets…

«Jean est une belle personne, un domestique qui va montrer un courage absolu et un amour sans faille pour sa femme. J’ai aimé ce rôle car il était à l’opposé de ce que j’avais fait dernièrement dans Munch et La vengeance aux yeux clairs. Il s’agit d’un personnage très en retrait. Je devais donc exprimer beaucoup d’émotion tout en restant dans la sobriété… un sacré défi à relever !

J’avais déjà tourné avec des chevaux mais je n’ai jamais été très à l’aise avec eux… et ils le sentent ! Mais sur un tournage, même si je doute de mes capacités, je m’exécute dès que j’entends «action». Je me suis initié à la conduite d’une calèche ; ce sont des chevaux très cools, même si j’avais l’impression d’apprendre à conduire un semi-remorque ! J’aime les choses précises et j’ai mis un point d’honneur à arriver exactement à l’endroit indiqué en ayant l’air à l’aise dès le début. J’ai réussi, ça m’a mis en confiance.

J’étais très content de donner la réplique à Julie de Bona, une super actrice, et Camille Lou qui dégage une émotion folle. Elles ont des méthodes de travail différentes : Julie est très réfléchie alors que Camille est hyper instinctive. Elles incarnent des femmes fortes et partager cette fiction avec elles était très agréable. Mon seul regret reste de ne pas avoir partagé de scènes avec Audrey Fleurot.

Le Bazar de la Charité nous plonge dans un genre romanesque totalement assumé alors qu’en France, on a souvent tendance à vouloir faire des films très réalistes. Ça fait du bien. Je suis fier du travail qu’on a fait et heureux d’avoir participé à ce très beau projet.»

lbdlc_viik_1_ok.jpg
 
lbdlc_viik_2_ok.jpg
 

 

Théo Fernandez est Julien de la Ferté
Très amoureux d’Alice de Jeansin, Julien de la Ferté est impatient de l’épouser. Mais son comportement lors de l’incendie va totalement changer sa relation avec la jeune femme.

«C’est Alexandre Laurent, avec lequel j’avais déjà tourné pour Le secret d’Elise, qui m’a parlé du casting. Je ne lis jamais les scénarios parce que je n’aime pas me prendre la tête. J’aime jouer de manière instinctive. En revanche, je connais mes répliques et l’intrigue autour de mon personnage. J’attendais depuis longtemps un rôle de «méchant» et je voulais faire de Julien un manipulateur foncièrement mauvais. Mais la production souhaitait un personnage plus humain, avec des failles, en l’occurrence lâche et dans le déni. Au final, c’était le meilleur choix pour la série. C’est un personnage complexe à l’image de tout être humain qui accepte de faire des erreurs et les assume à sa manière. Julien offre pour moi la réaction la plus complexe après l’incendie parce qu’il passe par des émotions fortes et parfois même contradictoires. Par moment, j’ignorais totalement s’il était dans la manipulation ou s’il croyait à ses mensonges. Je devais jouer des choses subtiles et j’étais obligé de me fier à 100% au réalisateur. J’ai aussi dû me vieillir pour coller au personnage. En plus du costume et de la fausse moustache, il a fallu que je change mon intonation, mes gestes… de simples détails mais qui s’additionnaient. Je pense qu’il s’agit du rôle le plus compliqué que j’ai dû jouer. Je me souviens d’une scène où Julien demande la main d’Alice. Je ne savais pas du tout ce qui se passait dans sa tête. Il se met à l’embrasser alors qu’elle n’en a pas envie. Elle ne lui rend pas son baiser mais ça ne le bride en rien. C’était une situation malsaine et très spéciale à jouer.

Sur le tournage, j’ai vécu une expérience professionnelle mais aussi humaine extraordinaire. J’aime savoir qu’il y a des personnes bien derrière une œuvre qu’on a aimée. En l’occurrence, c’était vraiment le cas !»

lbdlc_theo_couple_ok.jpg
 
lbdlc_theo_bazar_ok.jpg
 

 

Les autres personnages à retrouver la semaine prochaine…