Sam saison 4 – Interview de Armelle Deutsch et Thomas Jouannet

Sam

Ava
Lundi 13 janvier à 21:05

Sam saison 4 – Interview de Armelle Deutsch et Thomas Jouannet

publié par Bastien Vaz le 20/12/2019
«Nous n’avions jamais interprété une mère et son fils»
La quatrième saison de «Sam» accueille deux «petits nouveaux» ! Armelle Deutsch et Thomas Jouannet, mariés dans la vie, jouent les rôles d’une mère et de son fils à des époques différentes. Ensemble, ils dévoilent les contours de ces personnages qui occupent une place très importante dans la vie de Sam…
sam_a_d_et_tj_ok.jpg

Pourquoi avoir accepté de participer à cette série ?
Armelle Deutsch : Je trouve cette fiction très intéressante et j’adore le personnage de Sam, ainsi que son interprète, Natacha Lindinger. J’avais très envie de travailler avec elle et avec le réalisateur de la série, Jean-Marc Brondolo.
Thomas Jouannet : Sam n’est pas seulement une comédie. Il y a aussi du drame et une dimension romantique. A l’instar d’Armelle, j’aime beaucoup Natacha Lindinger. Et comme nous avions déjà travaillé ensemble dans le passé, nous avons gagné du temps dans l’interprétation de la relation qu’entretiennent nos personnages. 

A quel personnage prêtez-vous vos traits ?
A.D. : Je joue la professeure de Sam dans les années 1980. Comme elle, mon personnage a des méthodes d’enseignement particulières. Elle n’est pas conventionnelle. C’est une femme à la fois douce et caractérielle. Je la soupçonne même d’avoir été une source d’inspiration pour Sam qui entretenait, à l’époque, une relation fusionnelle avec elle, mais aussi avec son fils, Antoine.
 

sam_s04_ep_01_a_deutsch_seule_ok.jpg
 

T.J. : J’incarne Antoine dans le présent. Il vivait aux Etats-Unis depuis des années et revient en France suite à un conflit avec sa femme, mais surtout parce que son père est gravement malade. Sans le savoir, il scolarise alors sa fille dans le collège où Sam enseigne. Forcément, les deux amis d’enfance qui ne se sont pas vus depuis trente ans vont se croiser, et Antoine va être bouleversé. Il faut dire que Sam est sortie de sa vie sans lui donner la moindre explication…

 

sam_s04_ep4_t_jouannet_et_n_lindinger_ok.jpg
 

Comment avez-vous réagi lorsque vous avez su que vous joueriez dans la même série ?
A.D. : Nous avons beaucoup plaisanté à ce sujet ! C’était très perturbant. En plus, l’acteur qui campait Antoine à 15 ans ressemble physiquement à mon mari lorsqu’il avait le même âge. Et, mentalement, c’est pareil : ils ont tous les deux un côté solaire et sympathique.
T.J. : J’ai su au dernier moment qu’Armelle allait jouer le rôle de la mère de mon personnage dans les années 1980. Nous avions déjà tourné ensemble et interprété des amants, des associés… Mais jamais une mère et son fils. Même si nous n’avions aucune scène en commun, on s’est bien marré !

Quel souvenir gardez-vous de ce tournage ?
A.D. : J’ai pris beaucoup de plaisir et j’ai adoré enfiler les costumes ! Je me suis très bien entendue avec Luna Lou qui jouait le rôle de Sam jeune. Tout s’est déroulé facilement sur le plateau. Nous n’avions pas besoin de nous parler pour nous comprendre ! Il faut savoir que nous avions déjà tourné ensemble dans Entre deux mères.
T.J. : Après un tournage, je me souviens souvent du premier jour. J’avais le trac, comme à chaque fois que je commence un nouveau projet. On a beau imaginer le personnage que l’on va interpréter, il est difficile de faire descendre la pression tant que l’on n’a pas entendu le mot «action» ! J’ai débuté avec une scène dans le salon de Sam et j’ai rencontré toute l’équipe petit à petit. J’ai été bien accueilli et avec Fred Testot, ça a collé tout de suite !

Dans la série, Sam doit renouer avec l’adolescente qu’elle était auparavant… Quel genre d’adolescents étiez-vous ?
A.D. :  J’étais un peu rebelle. J’ai arrêté l’école en classe de troisième car j’avais un petit copain et je faisais ce qui me plaisait vraiment : du théâtre ! Je vivais seule avec ma mère et j’étais très heureuse car elle me faisait confiance et m’accordait une certaine liberté. Je n’ai pas fait de crise d’adolescence.
T.J. : Je n’étais pas très sage. Je ne pensais qu’à me marrer et à faire des bêtises… Je faisais l’imbécile en classe pour amuser la galerie et j’avais de mauvais résultats à l’école. J’étais un peu insolent mais mes actes n’étaient pas malveillants !