Je suis une célébrité, sortez-moi de là - Interviews des célébrités

Je suis une célébrité, sortez-moi de là !

Episode 4
Mardi 30 juillet à 21:05

Je suis une célébrité, sortez-moi de là - Interviews des célébrités

publié par Vanessa Vincent le 17/06/2019
Qui sont les onze célébrités ?
Rencontre avec les participants, peu avant leur départ pour l'Afrique du Sud...
jsucsmdl_logo_seul_ok.jpg

Capucine Anav : «J’ai le goût du défi»

smdl_anav_ok.jpg
Capucine Anav|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
J’avoue avoir hésité. Si vous cherchez la définition du mot «fille» dans le dictionnaire, vous trouverez «Capucine» ! Finalement, le goût du défi l’a emporté d’autant que j’aime me dépasser. Ma principale motivation est de jouer au profit de l’association que je représente.

Avez-vous des appréhensions ?
Dans l’aventure, comme je suis très exigeante du fait de mes 17 années de danse classique à haut niveau, je serai une vraie battante. Comme je parviens le plus souvent à maîtriser mon stress, ma motivation peut m’emmener loin, je l’espère. En plus, la vie de groupe est faite pour moi, puisque je déteste la solitude et j’adore découvrir de nouvelles personnalités.

Quelle association défendez-vous ?
Il s’agit de Sourire d’enfant dont je suis la marraine. Fondée en 2012, elle améliore le quotidien des jeunes hospitalisés, malades ou handicapés. L’objectif est d’aider financièrement leurs familles ainsi que de soulager moralement les enfants hospitalisés. Sourire d’enfant permet par exemple de financer la présence de clowns et d’activités, d’acquérir un ordinateur portable, de financer un voyage personnalisé pour de jeunes handicapés qui ont du mal à partir en vacances en fauteuil roulant… Nous sommes là pour leur donner à nouveau envie de sourire. Pouvoir occuper un enfant hospitalisé qui s’ennuie est une victoire.
Plus d’informations sur http://www.souriredenfant.fr/

Brahim Asloum : «Je suis un battant»

smdl_b_asloum_ok.jpg
Brahim Asloum|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
Je viens d’avoir 40 ans et j’ai envie de me lancer un dernier défi physique. Durant ma carrière de boxeur, je me suis toujours fixé des objectifs ambitieux : intégrer très jeune l’Equipe de France, devenir champion olympique à 20 ans, repousser sans cesse mes limites... En plus, je suis fan des jeux d’aventure. J’adore suivre Koh-Lanta avec ma bande de copains et imaginer ce que je ferais à la place de tel ou tel aventurier. J’ai toujours été très sérieux durant ma vie de champion. Là, c’est le moment d’aller s’amuser pour la bonne cause !

Avez-vous des appréhensions ?
Je redoute la présence de bestioles. En revanche, j’ai suivi des régimes de 15 à 30 ans donc le manque éventuel de nourriture ne m’effraie pas. Je suis un battant. Ma carrière l’a démontré. J’arrivais à faire des choses hors normes car j’avais des objectifs un peu fous. Je suis curieux de savoir si j’ai encore cette capacité à m’étonner. Mon état d’esprit sera-t-il toujours aussi conquérant ? Je l’ignore complètement. Cette expérience me permettra de découvrir une autre facette de moi-même.

Quelle association défendez-vous ?
Je soutiens la Fondation Claude Pompidou dont je suis le parrain depuis 2014. Elle vient en aide aux enfants handicapés, aux personnes âgées et aux malades hospitalisés. La fondation aide également la recherche médicale dans la maladie d’Alzheimer et crée des centres entièrement conçus et dédiés à la prise en charge des malades. Ce mal touche hélas de plus en plus de personnes. Mon objectif est de rester le plus longtemps possible dans l’aventure pour soutenir l’association.
Plus d’informations sur https://www.fondationclaudepompidou.fr/

Giovanni Bonamy : «Je suis prêt à me dépasser»

smdl_bonamy_ok.jpg
Giovanni Bonamy|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
Le concept de l’émission m’a séduit. Partir à l’autre bout du monde pour participer à une émission est très motivant. J’aime les jeux d’aventure et être en équipe. Enfin, c’est aussi et surtout l’occasion de défendre les couleurs d’une association.

Avez-vous des appréhensions ?
Je redoute de ne pas manger à ma faim et de perdre du poids. Même si j’ai des phobies comme les insectes, les araignées ou les serpents, j’essaierai de les surmonter et de me dépasser. Je suis un compétiteur né et je ne lâche jamais rien. Je suis très endurant, tant sur le plan physique que moral.

Quelle association défendez-vous ?
Il s’agit de Global Gift Foundation, qui finance de nombreux projets dans le monde. Son but est de créer un impact positif dans la vie des enfants, des femmes et des familles, ainsi que de soutenir les personnes les plus vulnérables de l’exclusion sociale et médicale. Je connaissais cette fondation soutenue depuis longtemps par Eva Longoria et j’ai souhaité en savoir plus. Ses différentes actions, notamment au Mexique où Global Gift Foundation aide à la scolarisation d’enfants dans le besoin, me touchent beaucoup. Je suis fier de jouer pour cette fondation et j’espère lui faire honneur.
Plus d’informations sur http://globalgiftfoundation.org/

Frédérick Bousquet : «Les enfants représentent notre avenir»

smdl_bousquet_rogne.jpg
Frédéric Bousquet|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
Principalement car elle bénéficie aux associations respectives de chaque candidat. C’est aussi l'opportunité de me retrouver dans un environnement opposé à celui que je connais. Je compte également apprendre sur moi-même quant à mes réactions, en fonction des situations auxquelles je serai confronté.

Avez-vous des appréhensions ?
Beaucoup ! J’appréhende l'inconnu. Ne pas savoir dans quoi on s'embarque est assez déroutant. En revanche, l’envie de briller pour l’association Graines de Joie, dont je suis le parrain, sera l’un de mes atouts pour rester le plus longtemps possible dans l’aventure.

Pourquoi défendez-vous cette association ? 
Fondée en 1998, elle intervient en Afrique, plus particulièrement au Burkina Faso, au Brésil, en Roumanie et en France, notamment à Marseille. Graines de Joie a pour objectif d’apporter aide et assistance à l’enfance en détresse. J’ai fait ce choix car j'attache une grande importance aux enfants : ils représentent notre avenir et celui de la planète. Notre responsabilité est de les aider et de les accompagner afin qu'ils aient le meilleur futur possible. Par ailleurs, je suis très lié à l'équipe dirigeante de Graines de Joie. Je suis très admiratif de son travail et de l'amour qu’elle porte aux autres.
Plus d’informations sur http://www.grainesdejoie.eu/

Julien Lepers : «J’ignore ce dont je suis capable»

smdl_lepers_ok.jpg
Julien Lepers|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
C’est une expérience nouvelle. J’arrive à une période de ma vie où j’ai un peu de temps pour moi, ce qui est un luxe. Prendre part à un jeu familial m’amuse beaucoup. J’ai envie de me tester et de savoir jusqu’où je peux aller dans des conditions difficiles car j’ignore ce dont je suis capable. J’espère pouvoir me transcender afin de sauver la face !

Avez-vous des appréhensions ?
J’ignore ce qui va se passer. J’imagine qu’il va y avoir des épreuves compliquées. Comment réagirai-je ? Vais-je vite m’acclimater à la vie en collectivité ? Suis-je capable de me dépasser sachant que je n’ai pas véritablement de point fort ? Je n’en sais rien. J’aime les animaux, mais pas tous ! Si on place des araignées sur mon corps, ce sera l’enfer, mais je vais essayer de forcer ma nature. C’est un challenge personnel. Je suis en tout cas très heureux de retrouver Brahim Asloum, que je côtoie et j’apprécie depuis longtemps. Je connais aussi Alexandra Rosenfeld et Candice Pascal, depuis ma participation à Danse avec les stars.

Quelle association défendez-vous ?
Je soutiens la mutuelle de la RATP. J’œuvre pour elle depuis plus de vingt ans. La plus belle charité est celle qui est anonyme et j’ai toujours essayé de l’aider dans l’ombre. Aujourd’hui, je souhaite la mettre dans la lumière et parler du millier d’orphelins de la RATP qui ont besoin de nous. Je serai très heureux de récolter le maximum de fonds pour eux.
Plus d’informations sur http://www.orphelinatdelaratp.org

Frédéric Longbois : «La vie est une surprise»

smdl_f_longbois_ok.jpg
Frédéric Longbois|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
J’ai peur de tout et j’en ai assez ! A 55 ans, c’est un challenge. Je suis très heureux de prendre part à cette aventure pour trois raisons : rencontrer de nouvelles personnes car c’est ce qui m’enchante dans la vie, m’amuser et divertir le public. Plus il sera heureux, plus je serai conquis car c’est une vague vibratoire interactive.

Avez-vous des appréhensions ?
Comme tout le monde, j’ai des phobies. Je n’aimerais pas me faire manger tout cru par un crocodile : cela lui donnerait du cholestérol ! Heureusement, je ne sais pas ce qui m’attend et tant mieux ! La vie est une surprise de chaque instant. Je compte sur mes atouts physiques pour aller loin. J’ai un visage absolument magnifique. Hélas, mon corps ressemble à un sac ! J’ai de l’audace et contrairement aux apparences, je suis souple. Mon plus grand atout est ma joie naturelle.

Quelle association défendez-vous ?
Je soutiens l’association E.L.A, parainnée par Olivier Giroud, champion du monde de Football 2018, lutte contre une catégorie de maladies rares s'attaquant au système nerveux : les Leucodystrophies. Reconnue d'utilité publique, je m'investis pour cette association qui me tient particulièrement à coeur.
Plus d’informations sur https://ela-asso.com/

Nilusi : «Cette aventure va m’aider à grandir»

smdl_nilusi_ok.jpg
Nilusi Nissanka|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
C’est un plongeon dans l’inconnu. Je ne sais absolument pas à quoi m’attendre en Afrique du Sud. J’ai accepté ce défi pour l’UNICEF, que j’ai découvert à travers Kids United. Par ailleurs, j’adore quitter ma zone de confort. Je crois que cette aventure va m’aider à grandir et me permettre de tester mes limites.

Avez-vous des appréhensions ?
Perdre mes repères me fait peur. Je redoute d’être livrée à moi-même dans un milieu hostile. En revanche, je suis certaine que ce sera une expérience assez incroyable à vivre en groupe. Je ne compte pas sur mes aptitudes physiques mais sur mon mental d’acier pour rester le plus longtemps sur place.

Quelle association défendez-vous ?
Notre groupe, Kids United, a été formé en 2015 à l’initiative de l’UNICEF. Mon lien avec cette association est donc très fort et je n’ai cessé de la soutenir durant trois ans. Se mobiliser en faveur des droits des enfants est très important. Sur le terrain, j’ai pu rencontrer des jeunes, des familles, prendre connaissance de leurs difficultés quotidiennes. J’ai envie de me dépasser pour cette association afin de faire un geste personnel fort pour toutes celles et ceux qui n’ont pas ma chance.
Plus d’informations sur https://www.unicef.fr/

Candice Pascal : «J’appréhende tout !»

smdl_c_pascal_ok.jpg
Candice Pascal|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
J’ai envie de m’amuser, de tester mes limites et de vivre des choses incroyables que je n’aurai peut-être pas l’occasion d’expérimenter une seconde fois dans ma vie. Sachant que c’est pour la bonne cause, je n’ai pas hésité un seul instant à m’engager dans cette aventure.

Avez-vous des appréhensions ?
J’appréhende tout ! Je souffre en particulier d’une phobie handicapante : je ne supporte pas la vue des insectes. J’ai essayé de me faire soigner il y a plusieurs années, en vain. Excepté cette peur incontrôlable, je suis prête à relever tous les défis qui me seront proposés sur place. La danse m’a apporté une certaine discipline et le goût de l’effort. C’est une école de la vie pour laquelle j’ai déjà fait d’importants sacrifices. J’ai eu l’occasion de tester mes limites en tant que danseuse plusieurs fois. J’ai désormais hâte de voir jusqu’où je peux aller lorsque je suis livrée à moi-même dans un milieu étranger.

Quelle association défendez-vous ?
Je me bats pour l’association Les Petits Princes qui réalise depuis 1987 les rêves des enfants et des adolescents gravement malades. En effet, chacun sait qu'un enfant  qui vit ses passions et réalise ses rêves, trouve un surplus d'energie pour affronter la maladie. La cause des enfants me touche beaucoup, si je peux les aider à travers un divertissement, j’aurai tout gagné.
Plus d’informations sur https://www.petitsprinces.com/

Alexandra Rosenfeld : «Je ne lâche jamais rien»

smdl_a_rosenfeld_ok.jpg
Alexandra Rosenfeld|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
Participer à ce programme est surtout l’occasion de défendre une association qui me tient à cœur. J’apparais peu à la télévision et lorsque je choisis de m’exposer dans les médias, c’est toujours pour mettre en avant une cause à laquelle j’attache de l’importance. Et puis, je ne connais pas l’Afrique du Sud. C’est un pays que je rêvais de découvrir.

Avez-vous des appréhensions ?
Plus je vieillis, plus j’ai le vertige et je redoute une épreuve dans laquelle je ferais face au vide. J’ai également la hantise de devoir manger des bestioles, des choses étranges... En revanche, le manque de confort m’importe peu. Je n’ai besoin que du strict minimum. J’espère être à la hauteur des épreuves qui nous attendent sur place.
Mes proches prétendent que je ne lâche jamais rien. Je le reconnais, je suis très tenace, mais cela suffira-t-il ?

Quelle association défendez-vous ?
J’ai choisi de m’impliquer pour Action contre la Faim, une organisation non-gouvernementale qui lutte depuis près de 40 ans contre la faim dans le monde. J’ai découvert les nombreuses missions opérées dans une cinquantaine de pays par cette association via mon conjoint, qui a participé à une levée de fonds pour le Kasaï. Je l’ai accompagné dans les bureaux d’Action contre la Faim, j’ai rencontré les équipes, les bénévoles et je suis très admirative de tout le travail de cette organisation, structurée en réseau international. Voilà pourquoi j’ai décidé de m’investir à 200% pour elle.
Plus d’informations sur http://www.actioncontrelafaim.org/

Sloane : «L’inconnu me fascine»

smdl_sloane_ok.jpg
Sloane|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours aimé les défis. Je viens du monde du spectacle et à l’âge de 8 ans, j’étais déjà sur scène. J’ai une âme d’aventurière. Amoureuse des grands espaces, je vis à la campagne, en Normandie, où j’élève des chevaux. En osmose avec la nature, je suis incapable de tuer le moindre petit insecte. L’échange est très important pour moi et j’ai hâte de vivre en groupe, entourée de générations différentes. C’est aussi l’occasion de tester mon mental. J’ai toujours adoré faire du sport. J’ai été semi-marathonienne dans les années 80. Aujourd’hui, je fais encore beaucoup de marche à pied et de gym. Je m’envole vers l’inconnu et cela me fascine.

Avez-vous des appréhensions ?
Je redoute les épreuves dans le vide car j’ai le vertige. J’appréhende également de devoir abandonner mon téléphone portable car je prends quotidiennement des nouvelles de ma maman, âgée de 89 ans, et de ma fille. La télévision va aussi me manquer et j’ai peur de déranger mes compagnons d’aventure durant la nuit car je ronfle !

Quelle association défendez-vous ?
Depuis cinq ans, je suis marraine de l’ONG Hamap qui intervient dans le monde entier. Son but est d’apprendre aux autochtones à se débrouiller seuls en creusant des puits, en cultivant des terres… Je m’occupe plus particulièrement d’enfants au Burkina Faso où cette ONG a créé plusieurs écoles. Je m’investis autant que possible en leur permettant d’être scolarisés durant trois ans afin qu’ils apprennent à lire, à écrire et à compter. De plus, c’est la certitude pour eux de prendre un repas par jour dans un pays où les plus vulnérables sont sous-alimentés.
Plus d’informations sur https://hamap-humanitaire.org/

Gérard Vivès : «Rien ne sera facile»

smdl_g_vives_ok.jpg
Gérard Vivès|(c) Thomas Braut / ITV / TF1

Pourquoi avoir accepté de participer à cette comédie d'aventure ?
Je pense qu’il va s’agir d’une expérience exceptionnelle au sens propre du terme. Par rapport à mon mode de vie, je n’ai rien à faire dans ce type d’émission et c’est là que cela devient intéressant. Je ne voyage jamais, je n’ai pas l’âme d’un aventurier et encore moins d’un compétiteur. Je n’imagine absolument pas les conditions qui nous attendent, la vie en groupe sur un campement dans la jungle… Je suis complètement dépassé par la situation, mais cela me convient parfaitement et attise ma curiosité.

Avez-vous des appréhensions ?
Je me méfie de tout ! J’ai peur de naviguer en eaux troubles, d’être sans repères… Je ne connais pas la vie en communauté mais j’imagine que je vais rencontrer de fortes personnalités qui auront des choses à revendiquer. Dans cette aventure, rien ne sera facile mais j’y prends part avec la plus grande humilité en espérant aller le plus loin possible. Endurant et têtu, je sais aussi faire preuve d’abnégation. En plus, je n’ai plus 20 ans même si je m’entretiens tous les jours.

Quelle association défendez-vous ?
Je vais mettre l’association La Sapaudia dont je suis l’ambassadeur depuis 2010, dans la lumière. Celle-ci met en avant le don de moelle osseuse qui permet de soigner les leucémies et les cancers du sang. Chacun d’entre nous est la réponse à un malade dans le monde. Il s’agit de trouver des personnes qui acceptent de s’enregistrer sur une liste de donneurs potentiels et de devenir «veilleurs de vie». En France, quelque 280 000 personnes sont inscrites. En Allemagne, elles sont un peu moins de 8 millions ! On peut être donneur potentiel et ne jamais être appelé. Douze malades meurent par jour en France, dont six enfants car nous n’avons pas assez de donneurs. Il est urgent d’agir !
Plus d’informations sur http://www.lasapaudia.com/