Ninja Warrior - Présentation de la 4e saison

Ninja Warrior - Présentation de la 4e saison

publié par Vanessa Vincent le 11/06/2019
«La saison de tous les superlatifs»
Placée sous le signe de la nouveauté, la quatrième saison de «Ninja Warrior, le parcours des héros» s’annonce très prometteuse avec un parcours différent, de nouveaux obstacles, une nouvelle phase de demi-finale et, surtout, l’arrivée du «méga mur», qui vient bouleverser les phases de qualification. Rencontre et explications avec notre trio d’animateurs : Denis Brogniart, Christophe Beaugrand et Iris Mittenaere.
ninja_warrior_s4.jpg

Denis Brogniart : «Toute la compétition a été repensée»

«Cette nouvelle saison est marquée par trois grandes nouveautés. Lors du parcours de qualification, les candidats avaient jusqu’alors la possibilité de s’orienter dès le départ vers deux voies différentes. Cette année, place à un seul et unique parcours dès le départ. En revanche, dès le troisième obstacle, deux alternatives s’offrent aux concurrents : s’orienter vers deux épreuves, le parcours A ou le parcours B situées du côté gauche du parcours ou deux autres différentes, du côté droit, avant d’accéder aux fameux murs. Ce dilemme proposé au milieu du parcours de qualification est la promesse de beaux moments de suspense. Par ailleurs, cette saison est encore celle de tous les superlatifs avec l’arrivée du «méga mur», qui culmine à 5,50m ! Les candidats auront le choix de se mesurer au mur «classique» - d’une hauteur de 4,25m pour les garçons et de 4m pour les filles - pour tenter de se qualifier potentiellement à la demi-finale ou d’affronter, lors d’un seul essai, le «méga mur» pour se qualifier directement pour la finale et remporter 5 000 euros. Cette ascension vertigineuse est aussi redoutée qu’attendue par tous les concurrents qui rêvent de l’atteindre. A titre d’exemple, les sportifs qui sont parvenus à le dompter aux Etats-Unis se comptent sur les doigts d’une main. L’autre grande nouveauté repose sur l’orchestration des demi-finales où les douze candidats qualifiés par manche s’affronteront au cours de six duels intenses. Cette saison s’annonce très prometteuse. Chaque année, ce format laisse l’empreinte d’un rendez-vous incontournable, à vivre en famille. Ce parcours d’obstacles est basé sur le dépassement de soi, à la fois sportif et mental, dans lequel agilité, adresse, capacités physiques et sang-froid sont les maîtres mots. Sur ce territoire, Ninja Warrior, le parcours des héros est le meilleur concept existant. Par ailleurs, il véhicule des valeurs très positives. Je suis toujours bluffé par la qualité de production des équipes de Deborah Nahon et Frédéric Pedraza, véritables orfèvres de la production télévisée».

Christophe Beaugrand : «Proposer une tonalité différente à chaque soirée»

«Cette année, nous avons décidé de thématiser chaque prime afin d’offrir aux téléspectateurs un ton et des palettes d’émotion différentes. Il est toujours important de varier les plaisirs ! La première soirée sera dédiée aux «têtes brûlées», des sportifs purs et durs, sans peur et sans reproche qui sont prêts à tout pour arriver au bout du parcours et «buzzer» en haut du «méga mur» ! Une autre émission sera dédiée aux «héros du quotidien» : pompiers, policiers, infirmiers, personnes issues du milieu associatif... Un prime sera axé sur les anciens candidats les plus emblématiques de ces dernières saisons. A contrario, un autre sera dédié à «la relève» avec une mise en lumière des petits jeunes qui regardaient l’émission à 14 ans en attendant sagement d’atteindre leur majorité pour s’inscrire au casting… Certains sont d’ailleurs bien plus impressionnants que leurs aînés ! Par ailleurs, d’anciens aventuriers de Koh-Lanta, Claude, Candice et Jérémy, ont souhaité se frotter au parcours, sous l’œil attentif de Denis Brogniart. Concernant les épreuves, les téléspectateurs retrouveront celles qu’ils affectionnent : Le rouleau compresseur, qui tourne sur lui-même, mais aussi Le papillon, qui avait fait de nombreuses «victimes» parmi nos meilleurs candidats, l’an dernier. Chaque année, nous essayons de trouver le meilleur du pire en termes de difficulté en nous inspirant de toutes les versions de Ninja Warrior, le parcours des héros dans le monde. Cette année, place aux Manivelles d’acier, à l’Everest, à La grande roue… Vous n’êtes pas au bout de vos surprises ! TF1 m’a offert un espace de liberté très important et je vis chaque saison à fond aux côtés de Denis Brogniart et d’Iris Mittenaere. Ce programme est la conjugaison de beaucoup de talent, d’un vrai travail d’équipe et d’une solidarité exemplaire entre toutes les «petites mains», de la production aux animateurs, en passant par le public cannois. Je suis fier de faire partie de cette grande production».

Iris Mittenaere : «Des aventures humaines exceptionnelles»

«Cette année encore, attendez-vous à beaucoup de nouveautés, d’émotion et de suspense. Cette semaine de tournage à Cannes, à la fin du mois de mars, a été particulièrement intense avec des tournages de nuit, de 19 heures jusqu’à 3 heures du matin. Nous sommes à chaque fois très bien accueillis par les Cannois et nos conditions d’enregistrement sont excellentes. 11 000 m² nous sont dédiés : la démesure est toujours de mise ! Les 200 candidats en lice nous ont réservé beaucoup de surprises et j’ai adoré être aux côtés de leurs proches durant leurs parcours. Pour ma part, j’étais moins stressée que l’an dernier. J’ai appris à relâcher la pression car l’an passé, j’étais toujours sur le qui-vive. Evidemment, je ne peux m’empêcher de trembler et de vibrer pour chaque concurrent qui s’élance, mais je maîtrise mieux mes émotions. Je suis restée fidèle à moi-même : concentrée et studieuse. J’ai pu compter sur Denis Brogniart et Christophe Beaugrand, dont les conseils sont toujours précieux. J’ai toujours soif d’en savoir plus sur nos candidats et j’étudie avec attention chaque portrait afin d’être dans une vraie immersion. J’ai également fait des efforts sur ma voix et continué à prendre des cours. J’ai aussi appris à me couvrir car l’an dernier, j’ai souffert d’une angine en plein milieu du tournage ! Ne vous fiez pas aux apparences, les nuits sont fraîches en mars, même à Cannes ! Je porte naturellement une attention particulière aux femmes qui tentent l’aventure. Beaucoup n’osent pas se lancer, ce que je regrette, mais elles représentent quand même 25% du casting. J’espère qu’elles seront encore plus nombreuses l’année prochaine et que notre héroïne, Laura Mété, fera des émules ! Je me sens très investie dans mon rôle et ce programme me correspond parfaitement».

Press Kit

Partager