2019 - Le monde des Enfoirés

2019 - Le monde des Enfoirés

publié par Vanessa Vincent le 12/02/2019
Autour du monde avec les Enfoirés
Cette année, le spectacle est placé sous le signe des 30 ans des Enfoirés, qui ont enflammé la scène de l’Arkea Arena à Bordeaux, devant plus de 10 000 personnes venues applaudir la plus belle affiche musicale de France. Lors de six concerts exceptionnels, les 42 artistes ont livré un spectacle éblouissant et rendu un vibrant hommage à Véronique Colucci, Maurane et Charles Aznavour. Que vous attend ce cru 2019 ? Promenade en coulisses…
le_monde_des_enfoires_1.jpg

Photo :Christophe Chevalin/TF1 - Gaston Bergeret

«Cette année, nous fêtons les 30 ans des Enfoirés et de nombreuses surprises vous attendent…, confie Sophie Bazou, coresponsable des Enfoirés. Les artistes n’étaient pas revenus dans la cité girondine depuis 2000, lors d’une de leurs tournées. Cette année, le spectacle intitulé 2019 Le monde des Enfoirés vient rappeler à tous ce que sont les Enfoirés, qui œuvrent dans la continuité des Restos du Cœur. Il s’agit d’un groupe d’artistes bénévoles, au service de l’association, qui propose un spectacle de grande qualité. Leur dessein reste inchangé année après année : vendre des CD et des DVD qui rapporteront de l’argent aux Restos du Cœur et qui financeront des repas puisque 1 euro = 1 repas», rappelle Sophie Bazou.
De beaux moments d’émotion sont au rendez-vous avec des hommages rendus par les artistes à Maurane, Charles Aznavour ainsi qu’à Coluche et Véronique Colucci. En 2019, la troupe nous emporte dans son monde, à travers des tableaux aussi inattendus qu’époustouflants, avec des tubes du moment et des titres incontournables. Le spectacle s'ouvre au son d’Un autre monde, un morceau signé Téléphone, et Envole-moi, d’un certain… Jean-Jacques Goldman. Entre-temps, le cadeau des 30 ans des Enfoirés a disparu et tous se lancent à sa recherche, notamment en remontant le temps. Bienvenue en 1989, à l’époque des premiers concerts des Enfoirés, et naissance des Inconnus, qui mettent le feu sur scène en reprenant leurs plus grands tubes, d’Auteuil Neuilly Passy à Isabelle a les yeux bleus… Les 31 tableaux se succèdent en mêlant poésie, grains de folie et nostalgie. Entre La java de Broadway, Mourir d’aimer, All by myself, J’irai où tu iras, les artistes nous entraînent sur terre et dans les airs à travers des jeux de scène et de lumières époustouflants. L’émotion est à son comble lorsque huit voix reprennent Tu es mon autre, en hommage à Maurane, Enfoirée de la première heure, alors que son visage apparaît par petites touches de peinture sur grand écran. L’humour tient cette année encore une large place dans le show puisque 10 sketchs sont au rendez-vous. Six petits nouveaux font leur entrée à savoir Claudio Capéo, Slimane, Isabelle Nanty, Ary Abittan, Malik Bentalha et Pauline Lefèvre. Le cru 2019 marque également le retour exceptionnel de Florent Pagny, dès le tableau d’ouverture. Qui dit 30 ans, dit aussi surprise exceptionnelle : Didier Deschamps, sélectionneur de l’Equipe de France, et Kylian Mbappé, Champion du Monde en titre, ont honoré l’Arkea Arena de leur présence, pour le plus grand bonheur des spectateurs et des Enfoirés !

Quarante-deux des plus grands artistes français vous invitent à partager une soirée en musique :
Ary Abittan, Amir, Julien Arruti, Jean-Louis Aubert, Bénabar, Amel Bent, Malik Bentalha, Tarek Boudali, Patrick Bruel, Nicolas Canteloup, Claudio Capeo, Sébastien Chabal, Daniela De Jesus Cosio, Didier Deschamps, Thomas Dutronc, Patrick Fiori, Liane Foly, Elodie Fontan, Marie-Agnès Gillot, Kendji Girac, Les Inconnus : Didier Bourdon, Pascal Légitimus et Bernard Campan, Jenifer, Michael Jones, Claire Keim, Philippe Lacheau, Pauline Lefevre, Nolwenn Leroy, Mimie Mathy, Jean-Baptiste Maunier, Kylian Mbappé, MC Solaar, Kad Merad, Isabelle Nanty, Florent Pagny, Lorie Pester, Slimane, Soprano, Tal, Christophe Willem et Zazie.

Ils comptent sur nous !

Les artistes interprètent le single des Enfoirés 2019, On trace. Ecrit et composé par Vianney, il est déjà disponible sur les plateformes de téléchargement légal. Dès le lendemain de la diffusion sur TF1, le double CD et le DVD 2019 Le monde des Enfoirés, avec l’intégralité du concert et de nombreux bonus, seront mis en vente au profit des Restos du Cœur. Chaque vente permettra à l’association de distribuer 17 repas. L’an dernier, le concert et les ventes de CD et DVD des Enfoirés ont permis de distribuer 18 millions de repas. Ils comptent sur vous !

POUR AIDER LES RESTAURANTS DU COEUR

Rendez-vous sur www.restosducoeur.org
ou adressez vos dons par courrier à l’adresse suivante :
Les Restaurants du Cœur 75515 Paris Cedex 15

Confidences d’Enfoirés

Entre deux spectacles, 15 Enfoirés livrent leurs premières impressions à chaud.

AMIR : «Tous unis autour d’une grande cause»

«J’ai toujours le même plaisir à retrouver les Enfoirés ! Il se dégage une énergie unique et très particulière lors de ces spectacles très intenses. C’est un moment à part dans l’année et je ne le raterais pour rien au monde. Nous sommes tous unis autour d’une grande cause et chacun redouble d’efforts, court dans tous les sens, avale un plat de pâtes en 10 minutes pour être au top durant ces 5 heures sur scène ! Je connais bien les petits nouveaux pour les côtoyer souvent. Claudio et Slimane ont grandi en même temps que moi. Se retrouver ensemble à Bordeaux est donc très naturel. Ils se sont intégrés très rapidement, ce qui n’est pas surprenant car ce sont des professionnels. Malik a toujours le mot pour rire, un atout en coulisses, et les Inconnus nous ont «scotchés» ! Quelle performance, quelle énergie ! Nous sommes tous allés leur faire une haie d’honneur à leur sortie de scène ! On a suivi leur prestation comme s’il s’agissait d’un mariage princier tant le moment était historique ! Ils ont marqué toute une génération et leur succès aux Enfoirés est bien le signe que les grands artistes restent toujours dans le cœur des Français !».

BENABAR : «La scène de l’Arkea Arena est superbe»

«J’adore les sketchs. J’ai participé à l’écriture de celui que je partage avec Isabelle Nanty, à la présentation loufoque d’un JT sur une chaîne d’info en continu et je me suis beaucoup amusé ! J’aime travailler en amont avec les autres auteurs, proposer des idées. Dès le mois de décembre, on entre dans le vif du sujet et ensuite, tout s’accélère. C’est ma dixième participation et ma motivation demeure intacte. On connaît tous la raison de notre présence ici. Par ailleurs, j’ai enregistré un album l’année dernière à Bordeaux et j’adore cette ville qui bouge beaucoup ! La scène de l'Arkea Arena est superbe. Elle dégage beaucoup de chaleur. Cette année est particulièrement émouvante en raison du double hommage à Véronique Colucci et à Maurane. Fêter les 30 ans d’existence des Restos du Cœur en 2019 est un peu sacré. Après le départ de Jean-Jacques, personne n’a eu les épaules, ni l’envie de prendre le lead. Cette direction artistique collégiale convient à tous les artistes et c’est parfait ainsi. Lors de cette semaine un peu folle, chacun cultive son autodérision et laisse son ego aux vestiaires. Le cas échéant, ce grand barnum ne fonctionnerait pas».

PATRICK BRUEL : «Enfoiré d’un jour, Enfoiré toujours»

«Les Enfoirés demeurent, chaque année, ma priorité. Je rentre d’un tournage en Inde et m’apprête à débuter une grande tournée, mais ma place est ici. Enfoiré d’un jour, Enfoiré toujours ! C’est un plaisir, un rendez-vous annuel bloqué un an à l’avance dans mon agenda, et je ne saurais y déroger. La France est le seul pays à proposer un tel spectacle avec autant d’artistes qui viennent sans attachés de presse, bénévolement, donner de leur temps et toute leur énergie pour servir la cause des Restos du Cœur. Tout le monde joue le jeu sincèrement et sérieusement, en appliquant les règles définies au début de cette grande aventure par Jean-Jacques. Il est parti, mais il a laissé une organisation magnifique et tout le monde essaie d’être à la hauteur de ces codes. Cette année encore, le spectacle est magnifique. L’hommage poétique rendu à Maurane est bouleversant. Il est très difficile de voir partir ceux qui comptent comme Johnny, le grand Charles, Véronique et Maurane. Ils représentent tant sur le plan personnel… Je suis triste car c’est avec Maurane que j’ai le plus chanté aux Restos. J’étais malin, je m’arrangeais toujours pour chanter avec la meilleure ! Interpréter un duo avec elle était extraordinaire. C’était un cadeau».

CLAUDIO CAPÉO : «Devenir un Enfoiré est une fierté»

«Je suis trop fier d’être un petit nouveau ! Je suis là pour la bonne cause. Le plus important est de faire gagner de l’argent aux Restos du Cœur car c’est le nerf de la guerre. On ignore généralement que quelqu’un n’a pas à manger car cette situation est parfois honteuse à assumer. De même, les enfants ne se doutent souvent pas que leurs parents poussent les portes des Restos du Cœur pour les nourrir. Lorsque la production m’a contacté, je n’ai pas hésité une seconde. On a beaucoup travaillé sur ce show et le résultat est époustouflant ! Se produire devant 10 000 spectateurs est très stressant, mais mes aînés m’ont bien rassuré ! Il est quand même incroyable de déjeuner et de vivre pendant une semaine avec les stars que je regardais à la télévision lorsque j’étais petit ! Devenir un Enfoiré est une fierté. J’ai été surpris par l’ampleur de cette grosse organisation et par tout le travail orchestré en amont. C’est une vraie machine de guerre ! Slimane et moi nous sommes déjà couchés deux fois à 7 heures du matin, mais c’est la faute aux «anciens» qui nous retiennent toujours !»

PATRICK FIORI : «La nouvelle génération est un vrai relais»

«La veine comique de ce spectacle revêt beaucoup d’importance. Les Enfoirés s’efforcent, chaque année, de raconter une histoire, tout en se modernisant. Nous sommes très fiers de la nouvelle génération, qui est présente à nos côtés. C’est un vrai relai et elle apporte un souffle d’air frais. Nous avons besoin d’elle. La troupe des Enfoirés est multigénérationnelle et c’est une de ses forces. Le show est toujours de grande qualité puisque nous travaillons avec les meilleurs de France dans le domaine du son, de la lumière… Ce spectacle unique au monde a été créé en France et nous pouvons en être fiers. Nous sommes tous des soldats du cœur bénévoles. Je pense que nous aurons encore hélas besoin des Restos du Cœur pendant longtemps au vu de l’actualité et de la situation complexe dans notre pays. Nous répondrons toujours présent et promis, l’année prochaine, nous ferons encore mieux !».

LIANE FOLY : «Maurane me manque beaucoup»

«Maurane et moi étions très proches et il est douloureux de lui rendre hommage, cette année. Je le fais à travers un interlude en interprétant Toutes les mamas, mais la production n’a pas souhaité que je prenne part à la reprise de Tu es mon autre pour me protéger. On ne choisit pas nos partitions et c’est aussi bien ainsi. Au début, nous interprétions plus de chansons en entier en duo, en trio… Puis, il y a eu la période des spectacles avec des décors très imposants et maintenant, les LED assurent la mise en scène de tableaux magnifiques. Cela n’empêche pas les accessoiristes de faire un travail remarquable. D’ailleurs, nous sommes encore plus de bénévoles mobilisés : près de 300 personnes œuvrent sur ce show ! C’est une réussite collective. Si j’en avais le temps, je viendrais volontiers aider l’équipe du catering ! Ici, pas de relâche ! Heureusement, je suis en charge du «bizoutage» des petits nouveaux Claudio et Slimane : j’adore ça !».

LA BANDE A FIFI : «Le retour des Inconnus : un moment magique»

«Au bout de la deuxième année, nous sommes déjà des vétérans ! Du coup, nous menons à la baguette les petits nouveaux ! C’est autant de bonheur, de joie et de fierté que l’an dernier. Nous sommes de nouveau les coauteurs de notre sketch et une chose est certaine : on est beaucoup plus détendu qu’à Strasbourg. En tournage en Afrique du Sud, Michaël Youn est absent cette année. Il en est très triste et il nous manque beaucoup. Claudio Capéo et Slimane ont été bizutés sur scène : déguisés en grenouille et en ours couleur bonbons Haribo, ils ont été intronisés comme il se doit ! En coulisses, nous avons été plutôt gentils alors que nous aurions pu leur demander d’entrer sur scène en faisant la roue au moment où Patrick Bruel chante ! Nous sommes fascinés par ce public de 10 000 personnes. Les places se sont vendues en une demi-journée : cette solidarité est magnifique à voir ! L’énergie que les spectateurs nous envoie est très forte. Le retour sur scène des Inconnus reste un moment magique. Ce sont eux qui nous ont donné envie d’exercer ce métier et les voir réunis est très émouvant».

le_monde_des_enfoires_5.jpg
Photo :Christophe Chevalin-TF1


LES INCONNUS : «L’accueil du public fait très chaud au cœur»

«C’est la première fois que l’on nous demande de rejoindre la troupe des Enfoirés. Nous avions croisé Jean-Jacques Goldman plusieurs fois, notre participation était dans l’air, mais rien n’a jamais été effectif. Les 30 ans des Enfoirés correspondent aux 30 ans de notre trio. On a joué notre premier sketch à trois le 1er février 1989 en tournée et on ignorait alors ce que cela donnerait. Toute la mise en scène de la machine à remonter le temps a été orchestrée par la production. Devant une salle comble, on ne souhaitait pas se lancer dans un nouveau sketch d’autant plus que nous avons toujours joué uniquement dans des sketchs télévisés et des clips. Nous avons été surpris par l’accueil du public. Cela fait très chaud au cœur car nous avions vraiment le trac ! Les Enfoirés nous ont même fait une haie d’honneur en sortant de scène ! L’envie de travailler ensemble est toujours là, des liens affectifs forts nous unissent. Il y a beaucoup de chaleur entre les artistes, cela se voit en coulisses. L’ambiance est vraiment très fraternelle. On se sent chez nous».

le_monde_des_enfoires_3.jpg
Photo :Christophe Chevalin-TF1  -  Paris Match/Scoop


LORIE PESTER : «Les nouveaux ont vraiment l’esprit Enfoirés»

«Cette nouvelle édition est placée sous le signe de l’émotion. Les hommages à Véronique Colucci et à Maurane sont bouleversants. Les voir partir a été très difficile mais toute la troupe pense très fort à elles deux sur scène. Les nouveaux ont vraiment l’esprit Enfoirés. Ils sont positifs et ont toujours le sourire. A chaque changement de décor, de costume, on ne les entend jamais râler : ce sont vraiment de bonnes recrues ! C’est ma 17e année au sein de la troupe : je fais partie des vieilles ! Cette année, mon tableau préféré est celui qui rend hommage à Maurane. J’ai les larmes aux yeux à chaque fois que j’écoute Tu es mon autre. On espère toujours le retour de Jean-Jacques. Mais il faut respecter son choix de rester en retrait. Il nous manque, c’est sûr !».

le_monde_des_enfoires_6.jpg
Photo :Christophe Chevalin-TF1


SLIMANE : «Coluche a marqué notre génération»

«Je suis né en 1989, date des premiers concerts des Enfoirés, et j’ai grandi en voyant des personnes manger grâce à cette association. Quand on se rappelle d’une petite dame qui arrive avec ses sacs remplis de nourriture pour ses enfants, on peut que dire «oui» et être présent aux Enfoirés. Coluche a marqué notre génération. «Aujourd’hui, on n’a plus le droit, ni d’avoir faim, ni d’avoir froid». On a tous chanté ce refrain dans les colonies de vacances, les centres sociaux… C’est important d’être là. Je chantais Viens on s’aime aux arènes de Nîmes et à la fin de la soirée, la directrice artistique bénévole Anne Marcassus m’a dit que je venais de gagner ma place aux Enfoirés. Cela m’a beaucoup ému car lorsque l’on est artiste, faire partie de cette troupe est important. C’est une grande fierté. Amel Bent m’a dit : «Tu verras, c’est la plus belle semaine de l’année». En vivant en immersion à Bordeaux, je réalise à quel point j’ai de la chance. Je serais très heureux de revivre l’expérience l’année prochaine. A partir du moment où je suis arrivé déguisé en grenouille, plus rien ne peut m’arriver ! Franchement, j’ai préféré le «bizoutage» avec Liane Foly ! Je suis également heureux de retrouver Florent Pagny, qui fut mon coach dans The Voice. Il reste mon mentor et je suis fier de chanter à ses côtés».

MC SOLAAR : «Un nouvel hymne poétique»

«Ma première participation aux Enfoirés remonte à 1998. Depuis, j’ai dû prendre part à une quinzaine d’éditions. A l’heure de ce trentième anniversaire, lorsque l’on regarde les chiffres et le nombre de repas distribués chaque année, on est fier de servir cette cause d’intérêt public. Il y a plus de comiques et cela est naturel puisque le créateur des Restos du Cœur était un humoriste. C’est une dimension qui manquait. Le spectacle est encore plus rythmé, plus dynamique, avec une mise en scène majestueuse. Etre toujours plus performant au niveau visuel est un défi car nous vivons dans une société de l’image et la concurrence est accrue. Le nouvel hymne On trace, écrit cette année par Vianney est poétique. La volonté de Jean-Jacques a toujours été de ne pas stagner, d’apporter du sang neuf. Il était un visionnaire. Il faut faire appel aux nouvelles générations. Savoir passer le relai est essentiel».

 

2018-2019 34e campagne des Restos du Coeur - Interview de Patrice Blanc, Président des Restos du Coeur

 

patrice_blanc.jpg
Photo : Joanne Azoubel

«Il y a toujours urgence !»

Alors que le coup d’envoi de la 34e campagne des Restos du Cœur a été donné le 29 novembre dernier, Patrice Blanc, Président de l’association, ne cache pas son inquiétude dans un contexte économique et social délicat. Il appelle encore et toujours à la mobilisation collective, notamment celle des jeunes, et promet de poursuivre le travail de «l’unique raison d’être» de ceux qui s’engagent auprès des Restos : «l’aide désintéressée aux plus démunis». Rencontre.

Quel premier constat faites-vous en ce début d’année ?
Il est un peu tôt pour dresser un bilan, mais nous pouvons indiquer quelques tendances. Nous accueillons a priori sensiblement le même nombre de personnes que l’an dernier, à savoir 860 000, mais je reste prudent car en ce début d’année, nous n’avons pas encore connu de période de grand froid. Or, à chaque fois, c’est au moment où les températures chutent que de nouvelles personnes poussent la porte des Restos du Cœur. L’association ne connaît jamais de répit : il y a toujours urgence !

Lors du lancement de la campagne, vous étiez notamment entouré de Pierre Moscovici et de deux membres du gouvernement. Quel retour avez-vous du monde politique ?
Depuis, nous avons eu l’occasion de revoir Christelle Dubos, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé. Le gouvernement fait preuve d’une grande attention sur les inquiétudes des Restos du Cœur et plus largement, du monde associatif. Notre principale préoccupation est d’obtenir le renouvellement du FEAD (Fonds Européen d’Aide aux plus Démunis) car il représente un quart des repas distribués. Ce budget prend fin l’an prochain et les discussions sont en cours concernant le cadre budgétaire 2021 - 2026. Les premières propositions de la Commission européenne sont largement insuffisantes. Cela reste pour nous un chantier prioritaire. Le gouvernement et ses représentants nous ont à nouveau rappelé leur engagement pour que ce montant budgétaire ne soit pas diminué. Mais ce ne sont pour l’heure que des paroles. Nous attendons des actes concrets.

Depuis quelques semaines, la détresse des Français s’exprime différemment dans la rue, parfois violemment. Comment analysez-vous la situation ?
Nous sentons un frémissement, un vrai ras-le-bol et l’envie de crier haut et fort sa détresse. Les Restos du Cœur n’ont pas pris position concernant les actions des Gilets Jaunes car notre devoir de neutralité prime. En revanche, concernant les revendications portées par ce mouvement autour du pouvoir d’achat et du coût de la vie, elles recoupent les constatations faites par les Restos du Cœur sur la situation alarmante de nombreux Français. Nous constatons hélas que la hausse de la CSG, décidée au mois de février 2018 pour les retraités, a eu des répercussions immédiates sur les dons. Il a fallu attendre la fin de l’année pour que le gouvernement rectifie le tir sur cette question et je le regrette. Concernant le coût du carburant, nous avons dû anticiper les choses car en milieu rural, les transports collectifs sont souvent inexistants. Cela nous a conduits à mettre en place des centres itinérants pour pouvoir nous rapprocher des plus démunis, qui ne pouvaient nous rejoindre.

Quel est le visage de la pauvreté en 2019 dans notre pays ?
L’enfance et la jeunesse sont au cœur de la précarité. Ces deux couches de la population sont particulièrement touchées par la grande pauvreté. En France, même si le système peut être amélioré, quelques filets de sécurité existent pour les jeunes à partir de 25 ans, notamment le RSA. Mais en-dessous de cet âge, il n’y a quasiment rien alors que nous accueillons de plus en plus de jeunes majeurs. Par ailleurs, nous voyons beaucoup d’enfants, de bébés, qui grandissent dans des familles monoparentales dont la situation est critique. A l’autre bout de l’échelle, les retraités, notamment en milieu rural, vivent difficilement. Des néo-ruraux qui ont cru trouver l’eldorado en quittant la ville déchantent également et découvrent une réalité bien différente sur place.

Quels sont vos objectifs à moyen terme ?
Poursuivre toutes les actions menées par les Restos du Cœur puisque, depuis longtemps, un repas ne suffit plus. Nous continuons donc à développer toutes les actions d’accompagnement à l’insertion. Les Restos du Cœur ont diversifié leurs actions à travers la réinsertion, l’accès au droit, aux cours de français, à la culture ou aux vacances pour les enfants, l’aide au conseil budgétaire, le micro-crédit, les Jardins du Cœur… Nous sommes toujours là pour celles et ceux qui sont prêts à reprendre pied dans la société.

Cette année, les Enfoirés fêtent leurs 30 ans dans La belle endormie…
Nous n’étions pas revenus à Bordeaux depuis la tournée des Enfoirés en 2000. L’Arkéa Arena, inaugurée depuis peu, a la capacité d’accueillir cette année les Enfoirés pour leurs six concerts et je m’en réjouis. Les artistes ont permis l’an dernier d’offrir 18 millions de repas. Les Enfoirés représentent près de 10% des recettes des Restos du Cœur. Si Jean-Jacques Goldman n’est plus présent, il continue naturellement à soutenir de loin les Enfoirés. Faire étape en Gironde est aussi important pour nous car il s’agit d’un département où les Restos du Cœur sont particulièrement actifs autour de l’aide alimentaire, mais aussi sur l’ensemble de nos missions sociales.

Le décès de Véronique Colucci en avril dernier a laissé un grand vide. Quels souvenirs gardez-vous d’elle ?
Véronique était une femme de cœur et de conviction, d’une grande rigueur éthique et d’une volonté de fer. Elle a su impulser aux Restos du Cœur les orientations dans lesquelles nous inscrivons nos pas aujourd’hui. Elle était une visionnaire. Elle restera un guide et une source d’inspiration pour nous tous. Un bel hommage lui sera rendu par toute la troupe à Bordeaux.

 

QUELQUES CHIFFRES CLÉS (2017 - 2018)

860 000 personnes accueillies.

130 millions de repas distribués.

72 000 bénévoles.

2 027 centres d’activités.

30 357 bébés accueillis.

70 Restos Bébés du Cœur.

3 843 personnes hébergées en urgence.

1 373 personnes en difficulté logées.

1,7 million de contacts lors des 106 activités d’accueil et d’accompagnement des personnes à la rue.

2 287 salariés en insertion accompagnés.


Focus sur l’antenne de la Gironde

«Sur le territoire girondin, près de 20 000 personnes sont accueillies dans les 40 centres d’activités du département, explique Caroline Ackeret, Présidente de l’association départementale. Au-delà de la distribution alimentaire, il y a naturellement l’aide globale à la personne. Sur le département de la Gironde, nous mettons particulièrement l’accent sur le soutien à la recherche d’emploi, de logement et sur nos deux chantiers d’insertion à Blanquefort et à Bruges. Dans les centres sont proposés bilans de santé, dépistages, aide juridique... A Bordeaux, les activités pour les gens de la rue sont très importantes. Il s’agit d’un accueil de jour situé au sein d’un pôle social, ouvert du lundi au vendredi. Il accueille une centaine de personnes qui peuvent bénéficier de petits déjeuners, d’accès aux sanitaires, à une laverie, mais aussi à des ateliers d’informatique, des cours de français… C’est un bel endroit, plein de chaleur et de solidarité. Les activités du Bus du Cœur et les maraudes nous permettent également d’aller au plus près des plus démunis, précise-t-elle. La venue des Enfoirés est évidemment très importante pour nous. Elle apporte un coup de projecteur sur l’ensemble de nos activités. Leur présence va peut-être nous permettre d’ouvrir des portes avec les institutionnels pour obtenir des aides supplémentaires. C’est aussi et surtout une belle récompense pour nos quelque 1 500 bénévoles qui ont l’occasion de participer de près ou de loin à l’organisation des concerts. N’oublions jamais que sans eux, rien ne serait possible», conclut Caroline Ackeret.

restos_du_coeur_antenne_de_bordeaux.jpg

Photo :Eric Patin - Restos du Coeur

POUR AIDER LES RESTAURANTS DU COEUR

Rendez-vous sur www.restosducoeur.org
ou adressez vos dons par courrier à l’adresse suivante :
Les Restaurants du Cœur – 42, rue de Clichy – 75 009 PARIS

Vous pouvez aussi aider l’association autrement :

-       En donnant du temps

-       En collectant des dons

-       En devenant entreprise mécène

-       Par le legs, la donation et l’assurance-vie

-       Par la loi Coluche

 

Press Kit

Partager