Camping Paradis

Camping Paradis

publié par Vanessa Vincent le 09/01/2018
"J’adore le rôle du chef d’orchestre"
Laurent Ournac passe pour la première fois derrière la caméra. Un nouveau challenge pour le comédien, soutenu par toute son équipe. Avec Mon beau-frère et moi, 59e épisode de «Camping Paradis», il signe donc son premier film. Rencontre avec le réalisateur sur le tournage à Martigues, dans les Bouches-du-Rhône, au mois d’octobre dernier.
camping.jpg

Comment conciliez-vous les rôles de réalisateur et de comédien ?
Ce double rôle nécessite une organisation quelque peu différente par rapport à la mise en place habituelle. Premièrement, je suis entouré d’un conseiller technique qui prend le relais lorsque je me glisse dans la peau de Tom. Je souhaitais vraiment que Nicolas Copin, par ailleurs l’un des réalisateurs cette saison, soit à mes côtés. J’ai toute confiance en lui et il m’apporte beaucoup sur le plan technique. Je crois avoir une vision artistique assez claire mais la partie technique, plus pointue, nécessitait un accompagnement pour une première réalisation. Je bénéficie également d’une doublure lumière. Cet acteur apprend mes textes, travaille le mimétisme du personnage de Tom et répète avec l’équipe. Ces deux postes m’ont permis de tourner cet épisode en seize jours, dans les délais habituels. Il m’a fallu deux, trois jours d’adaptation pour faire le distinguo entre le moment où je réalisais et celui où je jouais. La concentration devait être maximum. Je compte aussi sur l’œil bienveillant de ma scripte pour contrôler que tout soit cohérent. C’est un important travail d’équipe et de mise en scène. Tout s’est mis en place rapidement et je me suis rapidement senti à l’aise. J’ai la chance d’être très bien entouré et de bénéficier de conditions de travail optimales. J’adore le rôle du chef d’orchestre !

Pourquoi avoir voulu vous lancer dans la réalisation ?
J’avais déjà fait un peu de mise en scène, de coaching théâtral et diriger des comédiens est très enrichissant. Le travail d’acteur m’intéresse beaucoup et en même temps, je suis passionné par l’image. J’avais envie de me lancer et j’ai pris cette proposition comme un cadeau. Si je n’avais pas incarné Tom dans Camping Paradis, débuter ma carrière de réalisateur en prime-time sur TF1 aurait été bien plus complexe… J’apprécie d’être à l’initiative de tout sur le plateau. En tant que réalisateur, je ressens toutes les énergies positives qui se dégagent d’une équipe mobilisée à chaque instant, dont le seul dessein est de mener à bien un beau projet pour nos téléspectateurs.

laurentournacdeux.jpg
 

Justement, comment dirige-t-on une équipe que l’on connaît depuis longtemps ?
Naturellement. Je crois que mes comparses ont découvert une autre facette de ma personnalité. Ils connaissent à présent une personne plus proche du «vrai Laurent Ournac» car je me livre d’une façon différente en tant que réalisateur. Par ailleurs, je n’ai jamais eu l’intention ou la prétention de vouloir révolutionner les codes de Camping Paradis. J’espère seulement être à la hauteur du défi qui est le mien : réaliser un épisode aussi réussi que les autres, en apportant une petite touche personnelle. Une fiction comme celle-ci est très codifiée et je m’y suis engagé avec enthousiasme.

Une journée dans une vie de réalisateur ?
Elle débute aux alentours de 06h30. J’arrive sur le plateau à 7h30 et on commence à 8h30 jusqu’à 18h30 environ. Ensuite, il faut préparer le lendemain, regarder les rushs du jour et les retravailler. Le pré-montage se déroule à Paris et tout ce qui a été déjà filmé commence à être aussitôt monté ; il faut naturellement avoir un œil dessus. En même temps, je dois apprendre mon texte de Tom… Les journées sont donc intenses et se terminent souvent entre 22h00 et 23h00. Heureusement, nous avons la chance d’être dans un décor naturel magnifique. Nous sommes installés à La Couronne depuis près de dix ans. On se sent vraiment chez nous. Tourner au même endroit permet de gagner un temps de préparation précieux. Excepté le bruit des avions et le chant des cigales, nous sommes dans des conditions optimales ! Nous cohabitons également en toutes saisons avec les promeneurs car il y a beaucoup de passage sur le sentier du littoral.

Comment avez-vous préparé cette réalisation ?
J’ai tenu à participer à tous les castings des comédiens. On a récupéré le texte et on l’a dépouillé entièrement afin de lister les éléments essentiels au tournage : les décors, les accessoires, les éléments décoratifs pour les bungalows, l’accueil, le bar… Il y a un mois de travail en amont très important. J’ai adoré découvrir cette phase de préparation passionnante. En tant que chef d’orchestre, il faut avoir une vision globale du début jusqu’à la fin du film avec tout ce que cela implique.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le scénario de cet épisode ?
Il est basé sur le retour de la sœur de Tom, Elsa, incarnée par Barbara Probst, qui a déjà tourné dans de nombreux épisodes depuis le début de la série. Partie faire ses études à Londres, elle est de retour pour rendre visite à son frère et lui présenter son fiancé, Greg, interprété par Arnaud Gidoin. Tom s’attend à la voir arriver avec un jeune homme de son âge, étudiant comme elle… Quelle n’est pas sa surprise en la voyant au bras d’un homme de 45 ans, divorcé et père de deux enfants ! Il voit cette relation d’un mauvais œil et se positionne plus comme un père que comme un grand frère. Le clash est alors inévitable… En parallèle, une jeune danseuse, amie de Juliette, se remet d’une blessure et s’apprête à repartir en tournée lorsque le verdict tombe : elle ne pourra plus jamais danser. Elle va devoir affronter la vérité, grâce notamment au soutien d’une jeune adolescente. Je n’oublie pas Parizot qui se retrouve une fois encore mêlé à toutes ces histoires et nos compères habituels qui vont devoir conseiller Tom afin qu’il puisse se réconcilier avec sa sœur.

«Camping Paradis» a vu le jour en 2006. Quel regard portez-vous sur son évolution depuis onze ans ?
J’ai beaucoup de tendresse pour ce programme. C’est une vraie fiction populaire, un divertissement familial et accessible. Pour autant, son succès ne se dément pas au fil des années et la fidélité du public continue à être notre plus belle récompense. Par ailleurs, Camping Paradis, c’est aussi et surtout une grande famille. Des liens très forts se sont tissés entre nous tous et se retrouver à La Couronne est toujours un vrai plaisir. La série a beaucoup évolué au fil des saisons. On traite de problèmes de famille, de société. Au début, nous étions dans le registre de la comédie pure. Petit à petit, les curseurs se sont réglés et je crois que le format actuel est le bon. Il est important de rappeler que nous sommes loin du film Camping. Il s’agit de deux univers très différents.

Songez-vous à reprendre la casquette de réalisateur ?
Oui et mille fois oui ! J’espère réaliser de nouveaux épisodes de Camping Paradis et concrétiser de nouveaux projets avec la chaîne, tout en me perfectionnant à titre personnel pour affiner la partie technique. Je souhaite explorer de nouveaux univers. J’aimerais notamment me lancer dans la réalisation d’une fiction policière, d’un unitaire fort ou encore dans un format à l’image de Demain nous appartient dont le rythme de travail s’apparente un peu à celui de Camping Paradis.

Une rencontre entre l’équipe de Camping Paradis et celle de Joséphine ange gardien est bientôt prévue…
Mes compères et moi-même allons quitter le camping pour assister au mariage d’Ariane, l’ex-petite amie de Tom, incarnée par Jennifer Lauret. Elle a convié Tom, Xavier et André aux réjouissances à Paris mais naturellement, rien ne va se passer comme prévu… Heureusement, Joséphine sera là pour aider Tom ou… Ariane car on ignore qui sera son véritable client dans cette histoire. En avril, ce sera au tour de Mimie Mathy de faire un saut au camping pour le match retour ! La prochaine saison n’a pas fini de vous surprendre !

Press Kit

Partager