Centenaire de l’armistice - Interview d’Antoine Guélaud

11 Novembre le centenaire 1914 - 1918

Dimanche 11 novembre à 08:00

Centenaire de l’armistice - Interview d’Antoine Guélaud

publié par Bastien Vaz le 24/10/2018
«Etre les instituteurs de la Grande Guerre»
Le 11 novembre marque le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Pour l’occasion, TF1 et LCI font antenne commune, dès 10 heures, pour diffuser une édition spéciale présentée par Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau. Antoine Guélaud, directeur des Opérations Spéciales de TF1, détaille le dispositif mis en place pour célébrer cet événement.
vignette11novembrelecentenaire.jpg
vignette_guelaud.jpg
 

Pourquoi commémorer le centenaire de l’armistice de 1918 ?  
Le 11 novembre marque la fin du premier conflit mondial de l’histoire. Cette commémoration est donc un événement considérable : une centaine d’Etats seront représentés dont certains par leur président, comme Donald Trump et Vladimir Poutine, ou par leur chef de gouvernement, sans oublier la présence de représentants des royautés, au premier rang desquels la famille royale britannique. TF1 sera la chaîne hôte de l’événement que nous diffuserons simultanément sur TF1 et LCI. Il faut d’ailleurs rappeler que le groupe TF1, qui accompagne depuis 2014 les commémorations du centenaire de la Grande Guerre dans ses rendez-vous d’information, a noué un partenariat très étroit avec la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale. L’enjeu : faire vivre les cérémonies du 11 Novembre aux téléspectateurs un peu comme s’ils y étaient. L’idée est qu’ils soient au plus près de l’événement, grâce à toutes nos équipes présentes sur les différents lieux clés, à Paris et en région. Nous souhaitons aussi tout au long de cette émission apporter des éclairages qui aident à mieux comprendre notre histoire, et jouer ce rôle de «passeurs de mémoire». Nous allons nous appuyer sur des reportages, des séquences immersives, des infographies, et sur le décryptage de nos experts en plateau, comme l’historien Nicolas Offenstadt, spécialiste des questions mémorielles. 1918 est une étape charnière de l’histoire avec l’éclatement des empires, l’apparition d’Etats-Nations. Nos sociétés se sont profondément transformées. Nous nous intéresserons donc aussi aux changements économiques et sociétaux qui vont s’opérer partout, notamment en France. Nous allons ouvrir toute cette séquence consacrée aux commémorations dès le dimanche 4 novembre à 13h15 avec un Zoom spécial «11 novembre» présenté par Anne-Claire Coudray depuis des lieux emblématiques comme le champ de bataille de Vimy ou encore l’Anneau de mémoire de Notre-Dame-de-Lorette. Puis, toute la semaine qui précèdera le 11 novembre, les JT de 13h et de 20h proposeront des reportages, avec en particulier une Page Spéciale quotidienne d’une dizaine de minutes dans le JT de 13h préparée par le journaliste Michel Izard.  

Comment s’orchestrera l’édition spéciale ?
Nous prendrons l’antenne dès 8 heures pour une édition spéciale, qui sera diffusée sur TF1, mais aussi sur LCI à partir de 10 heures. Elle se poursuivra jusqu’à 13 heures. Cela sera d’ailleurs un Journal de 13h un peu spécial où l’on pourra vivre en direct l’arrivée des chefs d’Etat et de gouvernement à l’Elysée pour un déjeuner au sommet avec Emmanuel Macron. Temps fort de la matinée : la cérémonie internationale prévue à partir de 11 heures à l’Arc de Triomphe, avec l’accueil en amont par le président de la République des différents chefs d’Etat et de gouvernement. En plateau, les téléspectateurs découvriront des séquences très pédagogiques pour comprendre cette période de l’Histoire. Cette guerre intéresse et concerne tous les Français : dans de très nombreuses familles, des objets de la Grande Guerre circulent encore. Nous proposerons des reportages avec des témoignages et des chroniques en plateau, comme avec François Lenglet qui nous parlera de la métamorphose de la France, notamment sur le plan économique.  Michel Scott, éditorialiste international, sera en plateau aux côtés d’Anne-Claire Coudray et de Gilles Bouleau, et l’émission sera ponctuée par l’intervention de nombreux invités (historiens, écrivains…) et des envoyés spéciaux.

Pouvez-vous nous dire un mot sur les personnes qui interviendront en direct ? 
Nos envoyés spéciaux seront à Paris, sur les Champs-Elysées, à l’Arc de Triomphe, et à l’Elysée. En région, nous rejoindrons Louis Bodin sur un champ de bataille aux Eparges, près de Verdun. François-Xavier Ménage interviendra lui en direct d’Epernay auprès de «reconstituteurs», un phénomène très français qui passionne des milliers de personnes qui reconstituent des épisodes historiques. Et nous irons avec Hortense Villatte sur les lieux d’une commémoration en région. En plateau, nous pourrons compter notamment sur l’expertise de l’historien Nicolas Offenstadt, spécialiste des questions mémorielles, des historiennes Clémentine Vidal-Naquet, spécialisée dans l’analyse de la correspondance des Poilus (10 milliards de lettres ont été échangées à cette époque !) et Bénédicte Chéron, spécialiste de l’histoire militaire. Mais aussi de Roselyne Bachelot, de Daniel Cohn-Bendit, de Boris Cyrulnik, spécialiste de la résilience, ou encore de Jean-Christophe Rufin… Chacun pourra, au travers d’histoires et d’exemples, rendre cette période plus concrète, plus vivante, et mettre en lumière les changements que la Grande Guerre a provoqués et qui ont marqué l’entrée dans le XXe siècle. 

Comment allez-vous faire pour toucher toutes les générations ? 
Notre mission est d’être les instituteurs de cette actualité. Nous serons pédagogues et prendrons le temps d’expliquer certains éléments en utilisant des photos, des documents vidéo ou des objets afin que les jeunes comprennent mieux ce qu’a été la Première Guerre mondiale. Je crois beaucoup au didactisme. A travers tout cela, nous souhaitons intéresser toutes les générations. 

Comment se prépare-t-on à un tel événement ?
J’ai vécu de nombreux événements de ce type en tant que reporter, cela forge une expérience précieuse pour organiser une édition spéciale. On se prépare très en amont : des semaines, voire des mois avant.  Pour ce faire, nous nous appuyons sur tous les talents. Tous les métiers se mobilisent (journalistes, monteurs, documentalistes, équipes techniques…) pour réussir cette émission spéciale. 

A noter : diffusion d’un «Grands Reportages» présenté par Anne-Claire Coudray et dirigé par Pascal Pinning, le samedi 10 novembre à 13h30.

«De 1914 à 1918, une guerre sans précédent va frapper le monde. Elle durera 54 mois. 10 millions d’hommes vont mourir au front. La plupart seront inhumés, parfois dans l’urgence, sans même avoir été identifiés. Depuis, des familles recherchent leurs ancêtres. A ce jour, 700 000 combattants restent toujours portés disparus. Des équipes de scientifiques, professionnels ou amateurs, sortes de «détectives de la Grande Guerre» œuvrent pour identifier ces soldats et parfois même les «rendre» à leurs familles. Ce film est une immersion dans le monde méconnu de ces «détectives de la Grande Guerre» celui des archéologues, des médecins légistes, des historiens, des anthropologues, des chercheurs, des généalogistes, mais aussi, plus simplement, des descendants de combattants... Tous s’attachent à redonner vie à des soldats inconnus, morts il y a un siècle et ainsi veillent sur la mémoire.»