Ils ont échangé mon enfant - Interview Sophie Serrano

Ils ont échangé mon enfant - Interview Sophie Serrano

publié par Aurélie Binoist le 25/09/2018
«L’amour est dans le partage»
Dix ans après la naissance de sa fille, Sophie Serrano apprenait l’impensable : son bébé avait été échangé avec un autre à la maternité. Elle ne se doutait pas que 10 ans plus tard, ce difficile moment de sa vie serait mis en images à la télévision. Elle évoque son implication dans ce film si particulier pour elle et livre ses impressions après l’avoir vu.
Ils ont echange mon enfant groupe

Pourquoi avoir donné votre accord pour ce projet ?
Je prends les choses comme elles viennent. Jamais je n’aurais pensé écrire un livre* sur mon histoire, et encore moins la voir un jour dans un film à la télévision ! Quand Laurent Ceccaldi, le producteur, m’a approchée, je me suis juste dit : pourquoi pas ? J’ai été rassurée car j’ai senti beaucoup de bienveillance et de sensibilité de sa part. Je me suis aussi demandé si c’était moral d’exposer ainsi ma vie. Il y a eu un cas similaire dans les années 50 en France, mais aussi à l’étranger. Je suis convaincue qu’il y en a d’autres... J’ai pensé qu’il était important de laisser une trace si ça se reproduisait pour que d’autres familles ne soient pas dans le noir comme je l’ai été. Evidemment, j’en ai aussi parlé avec Manon et Mathilde même s’il s’agit de mon témoignage. Dans le film, je trouvais par exemple important de ne pas approfondir la vie de l’autre famille qui ne souhaite pas être exposée. Nous avons combattu chacune à notre manière et chaque combat est honorable, à partir du moment où il existe.

Avez-vous participé à la conception du film ?
J’ai vraiment été impliquée. La scénariste, Solen Roy-Pagenault, est venue passer une journée avec moi. Elle avait lu mon livre mais surtout, j’ai le sentiment qu’elle a aussi su lire en moi ! Au final, elle a écrit un scénario qui me ressemble. Il a parfois été difficile de voir changer des éléments mais j’ai apporté des idées qui se retrouvent dans le film. Je sais que la production avait à cœur que je sois satisfaite et a fait attention pour ne pas me mettre mal à l’aise vis-à-vis des personnes concernées par cette histoire. Je suis aussi allée sur le tournage. J’ai apprécié que la production permette à mes autres enfants (20, 14 et 2 ans) de venir avec moi. Ils ont beaucoup subi cette histoire, sans en être acteurs. En faisant un peu de figuration, ils ont pris du positif de tout ça. Eux aussi en avaient besoin. Mon fils s’est beaucoup amusé avec Charline, la jeune interprète de Manon.

Comment s’est passée votre rencontre avec Julie de Bona qui joue votre rôle ?
C’est très étrange de se retrouver face à une inconnue qui vient vous observer. Quand elle est arrivée chez moi, elle est montée dans ma chambre, a regardé mes vêtements, mes chaussures… pour s’imprégner de mes goûts et de ma personnalité. Elle a été une belle rencontre. Je lui ai fait totalement confiance car j’ai senti qu’elle voulait donner l’image de moi le plus respectueuse possible. Sur le tournage, j’ai été impressionnée par son talent. J’imagine que ce n’était pas un rôle facile pour elle mais j’ai vu qu’elle se donnait entièrement. Elle est très juste. J’ai l’impression qu’elle est carrément «devenue» moi !

sophie_serrano.jpg
 

Le film n’évoque pas le procès que vous avez gagné en 2015…
Non, ce n’était pas le sujet. Je n’avais pas envie de montrer la bataille juridique ni le quotidien qui ont suivi. Au contraire, le film raconte une jolie histoire d’amour et un beau combat, il véhicule des messages positifs… Sur le tournage, j’ai été bouleversée par les paroles touchantes des comédiens et des figurants qui venaient me voir en apprenant qui j’étais. Leurs témoignages m’ont confirmé que j’avais bien fait d’accepter ce projet. Un jour, j’ai eu un échange très touchant avec une femme. Je lui disais que les liens du sang n’étaient pas les seuls. Elle me comprenait totalement puisqu’elle avait adopté son enfant. Pour moi, l’amour est dans le partage, dans tout ce que l’on vit et que l’on surmonte. Une relation se construit avec un enfant. Ce discours parle à tout le monde, même à ceux qui n’en ont pas !

Qu’avez-vous ressenti en voyant votre vie mise en images ?
La production m’a préparée à la fiction et j’arrive à faire la part des choses. Mais je ne m’attendais pas à ce que le film soit aussi proche de la réalité ! Je l’ai vu en famille, avec mes enfants et mon compagnon… qui a pleuré aussi ! Chose étonnante, j’ai le sentiment que ce film a permis à toute ma famille de prendre pleinement conscience ce que j’ai vécu. J’ai été bouleversée par certaines scènes, comme celle où j’annonce le résultat du test à Manon, parce qu’elles m’ont renvoyé toutes mes souffrances de plein fouet. Mais devenir spectatrice de ma vie m’a fait beaucoup de bien et m’a permis de m’analyser. Mon combat est honorable. Certes, je n’entre pas dans des cases, mes enfants sont de pères différents mais ils sont tous issus d’histoires d’amour sincères. Je vis simplement avec mon cœur et je ne comprends pas pourquoi on se juge tant.

Où en êtes-vous à présent ?
Je ne vois plus l’autre famille mais je n’ai pas envie de parler du présent. J’attends d’avoir un peu plus de recul. Je ne regrette pas d’être allée au bout de cette histoire. J’étais obligée de le faire et je le suis encore. Le mensonge ne fait pas partie de ma vie car il est destructeur, mais tout n’est pas rose. Je préfère m’attarder sur le positif. Ce film et ce qui l’entoure m’aide à compenser ce qui est encore compliqué. S’il pouvait faire du bien à toutes les personnes concernées, j’aurais tout gagné ! Je veux vraiment remercier l’ensemble des acteurs de ce film car il est magnifique. On ressent toute la bienveillance et le cœur dont il a été l’objet. J’ai déjà eu une reconnaissance juridique mais cette fois, il s’agit pour moi d’une vraie reconnaissance populaire. C’est une belle revanche !
 

*Ils ont échangé mon enfant, City éditions