Demain nous appartient - Interview d'Aurélie Konaté

Demain nous appartient - Interview d'Aurélie Konaté

publié par Karelle Bourgueil le 20/03/2018
«La voyance est une discipline qui me fascine»
Aurélie Konaté rejoint l’équipe de «Demain nous appartient» dans la peau d’une médium dont les visions bousculent la vie des Delcourt.
akdna.jpg

Quelle a été votre réaction quand on vous a proposé ce rôle ?
J’avais déjà été contactée à la création de la série pour interpréter le personnage de Victoire, écrit dans un premier temps pour une métisse. Lorsque l’on m’a rappelée pour jouer le rôle d’Oriane, j’étais ravie car c’est une série très sympathique avec des comédiens que je connais et j’apprécie. J’étais heureuse de participer à l’aventure.

Qui est Oriane ?
C’est une médium qui a des visions. Lorsqu’elle touche les gens, elle parvient à voir leur passé et leur futur. Elle est assez intrigante et il est difficile de savoir si on peut lui faire confiance. Oriane va être assez proche d’Alexandre car elle va l’aider à résoudre un problème personnel...

akdnascene.jpg
Aurélie Konaté aux côtés de Maud Baecker et Samy Gharbi

 

Vous intéressez-vous à la voyance ?
C’est une discipline qui me fascine. Je me demande s’il s’agit d’un vrai don ou bien si le fait d’être en présence des gens permet de déchiffrer ce qu’ils ont dans la tête. J’ai déjà fait appel à une voyante et j’avais vraiment été perturbée par ses déclarations assez troublantes !

Vous êtes-vous inspirée de cette expérience pour interpréter Oriane ?
Oriane est quelqu’un d’assez simple, elle n’est pas farfelue. Elle n’a pas de boule de cristal et si on la croise dans la rue, on ne s’imagine pas une seule seconde qu’elle est médium. La personne que j’avais rencontrée était elle aussi très simple et sans extravagance.

aktournagedna.jpg
 

Comment avez-vous été accueillie sur le tournage ?
Très bien, même si j’ai commencé par une très grosse journée ! J’avais huit séquences à jouer. J’étais un peu stressée car certaines comprenaient trois ou quatre pages de texte mais tout s’est très bien passé. Je jouais la plupart des scènes avec Alexandre Brasseur et j’en ai partagé une autre avec Ingrid Chauvin. Je les connaissais tous les deux, et le réalisateur Jérôme Navarro également, car il avait fait des épisodes de Chante !, une série que j’avais tournée il y a une dizaine d’années. J’ai été chouchoutée et le stress s’est envolé.

C’est la première fois que vous tournez dans une série quotidienne. Avez-vous noté certaines particularités ?
Le rythme est dense. Chaque séquence se tourne en une heure et demie maximum. Il faut connaître son texte sur le bout des doigts. C’est une très bonne école car il faut être efficace tout de suite. Tout est très bien organisé. Il y a des répétiteurs et des coachs sur le plateau qui nous aident. Je n’avais jamais vu ça sur une série. C’est un luxe très appréciable. 

Quels sont vos projets ?
Je joue au théâtre des Mathurins dans Dernier coup de ciseaux et Oriane devrait revenir par la suite dans de nouveaux épisodes de Demain nous appartient

 

 

 

 

Press Kit

Partager