Profilage Saison 8 - Interview de Philippe Bas

Profilage Saison 8 - Interview de Philippe Bas

publié par Laura Franchet le 07/08/2017
«Une brigade solide et unie malgré tout»
Très proche d’Adèle, le commandant Rocher incarne désormais un soutien indéfectible face au drame qu’elle a vécu au terme de la saison 7. Il évoque l’évolution de son personnage et les dessous du tournage de la saison 8 de «Profilage».
PROFILAGE
PHILIPPE BAS | © CHRISTOPHE CHARZAT / TF1

La fin de la saison 7 s’achève sur le retour d’Argos. Que va-t-il se passer pour le commandant Thomas Rocher ?
Dans la saison 8, nous allons enfin découvrir qui se cache derrière le mystérieux Argos. Pour le commandant Rocher, tout l’enjeu de cette saison est de l’arrêter et le mettre hors d’état de nuire. Il va y avoir des aventures très différentes et des chamboulements sur le plan des émotions.   

Comment va évoluer sa relation avec Adèle ?
Entre Rocher et Adèle, il y a toujours eu une ambiguïté. Le duo est face à beaucoup de sentiments. Ils ont une très belle complicité sur le plan professionnel et Thomas Rocher va agir avec beaucoup de compassion suite à la mort de la sœur jumelle d’Adèle. Il va tenter de la protéger et d’être à ses côtés pour la soutenir dans cette épreuve.

Que va-t-il se passer pour la brigade ? 
La fin de la saison 7 avait bouleversé l’équilibre de l’équipe. Au cours de la saison 8, les téléspectateurs la retrouveront comme ils l’ont connu : solide et unie malgré tout. La brigade va tenter de panser ses blessures et nous allons découvrir qu’elle n’est pas si fragilisée. Mais ce calme, en apparence, cache une tempête. Les téléspectateurs pourront penser que les choses étaient rentrées dans l’ordre mais finalement il n’en est rien…

Comment s’est déroulé le tournage de cette nouvelle saison ?
C’était formidable. Le double épisode tourné exceptionnellement en Anjou dans un lieu emblématique amène une respiration en termes de décors et d’histoires. Nous avons eu beaucoup de plaisir à tourner ailleurs qu’en région parisienne. C’est l’occasion d’apporter l’identité et le concept de Profilage dans un environnement totalement différent. Cet épisode promet une enquête plus complexe avec des évènements qui sont loin d’arriver par hasard.

Déjà deux ans que Juliette Roudet est votre partenaire dans Profilage. Comment se déroule votre collaboration ?
Juliette est parvenue, grâce à son talent, à apporter un nouveau souffle à la série. Son sens du jeu inédit permet de ne pas faire de comparaison avec Odile Vuillemin. Nous avons réussi un créer un binôme réaliste qui fonctionne très bien auprès des téléspectateurs. La formation de ce duo a permis de conserver l’identité de cette série.

Votre duo participe donc au succès de Profilage ?
Pas seulement. Avant tout, Profilage existe grâce à la qualité du travail des auteurs et des productrices artistiques. Cette série se suffit à elle-même et c’est notre rôle d’apporter notre pierre à l’édifice.

En tant que commandant de la brigade, comment agissez-vous face à des intrigues sombres pouvant impliquer des enfants ? 
Dans sa genèse, Profilage est une série concentrée sur la psychologie et la névrose de plusieurs individus. Souvent, ces névroses proviennent de leurs environnements proches, familiaux et en lien avec la petite enfance. En tant que commandant, j’ai la responsabilité de me placer en dehors du jugement afin de comprendre de quelles manières ils en sont arrivés là. Le commandant Rocher incarne une autorité qui a pour objectif de dénouer tous les mystères afin de trouver l’identité du véritable coupable. Mais dans cette quête, il est parfois très difficile de totalement se détacher d’un point de vue émotionnel.

Après six saisons passées dans la peau du commandant Thomas Rocher, vous n’êtes jamais lassé de jouer ce personnage ?
Absolument pas. Quand je travaille, je suis en constante évolution. Je ne peux pas être lassé car je ne me répète jamais. Je ne ressens pas de routine, mais au contraire, beaucoup de plaisir. D’autre part, j’ai l’opportunité d’apporter à chaque fois ma propre vision des choses sur l’évolution de mon personnage.