Les mystérieuses cités d'or

Les mystérieuses cités d'or

publié par Aurélie Binoist le 27/09/2016
«Etre à la hauteur de la saison précédente»
Trois ans après le retour des «Mystérieuses cités d’or», Esteban et ses amis repartent pour de nouvelles aventures sur TFOU. Déjà réalisateur de la 2e saison, Jean-Luc François a repris du service et nous livre les grandes lignes de cette 3e saison inédite. A partir du JEUDI 20 OCTOBRE à 9:55.
Les mystérieuses cités d'or - S3
Blue Spirit Productions / RTBF / Sinematik / Blue Spirit Studio / 2016

Avez-vous hésité avant d’accepter de travailler à nouveau pour «Les mystérieuses cités d’or» ?
Il est difficile de refuser un tel projet ! La série met en scène de belles histoires et des personnages très attachants. Cette nouvelle saison offre des univers graphiques variés, avec des personnages secondaires très forts. En plus, nous sommes dans une thématique d’action-aventure, un style intéressant que l’on retrouve moins en ce moment dans l’univers du dessin animé.

Où l’histoire s’est-elle arrêtée à la fin de la deuxième saison ?
Les héros étaient en Chine. Esteban apprenait que son père, Atanaos, était vivant, mais très diminué physiquement après son conflit avec les Olmèques dans la première saison. Au moment où père et fils étaient réunis, Zarès enlevait Atanaos et faisait du chantage à Esteban : s’il voulait revoir son père, il devait partir au Japon pour découvrir une autre cité et lui donner tous les éléments qu’il y trouverait. La nouvelle saison débute donc à bord du Grand Condor qui mène Esteban, Zia, Tao, Mendoza, Sancho et Pedro vers le Japon.

Pourquoi avoir choisi cette destination ?
C’est un clin d'oeil à la première saison qui a été faite par les Japonais. Pour l’anecdote, Yoshi, un personnage rencontré par les héros, est un hommage à Miyazaki, un réalisateur japonais que j’aime beaucoup. Nous l’avons dessiné à son image. Mais les héros ne resteront pas toute la saison au Japon. Ils vont traverser d’autres contrées, passeront ainsi d’endroits verdoyants au milieu de forêts japonaises à des ambiances très ensoleillées et sèches, ou encore d’univers de jungle à des paysages désertiques. A leurs côtés, les téléspectateurs voyageront et se retrouveront dans des ambiances différentes et colorées, avec des personnages, des coutumes et des vêtements variés et exotiques. Dépaysement total assuré !

Le Japon évoque moins d’endroits emblématiques que la Chine. Où iront-ils ?
Nos héros iront à Kagoshima, dans le Sud du Japon, où se trouve l’un des volcans en activité du pays. Ce volcan était sur une île mais, lors de sa dernière grosse irruption en 1914, la coulée de lave a été tellement importante que l’île a été rattachée au reste du pays ! On verra aussi de superbes bâtiments, des temples représentatifs de l’architecture japonaise. Mais si ces lieux sont typiques, il est vrai qu’ils sont  moins connus que la Grande Muraille ou la Cité Interdite en Chine. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes appuyés sur des éléments géographiques mais aussi de société, poussant le curseur du côté des traditions. Nous nous attardons par exemple sur la manière de fabriquer un katana (sabre traditionnel japonais), le rapport entre les Japonais et leur seigneur au XVIe siècle…

Qu’en est-il de l’évolution des personnages ? Retrouverons-nous de nouveaux méchants ?
Esteban et Tao vont découvrir beaucoup d’informations sur leurs origines. De son côté, Zia voit son pouvoir avec les animaux augmenter sans savoir vraiment le maîtriser, ce qui l’effraiera un peu. Du côté des méchants, on retrouvera évidemment Zarès mais aussi deux nouveaux ennemis. Et notamment Gaspard, un homme particulièrement truculent, déjà présent dans la saison 1. 

L’accueil de la saison 2 a été enthousiaste. Avez-vous ressenti plus ou moins de pression pour cette 3e saison ?
Un peu des deux… Reprendre cette série après tant d’années a nécessité beaucoup de tests et de discussions. Pour la saison 3, il n’y avait plus cette pression. Nous avons pratiquement gardé la même équipe. Nous avions appris à travailler ensemble et nous connaissions bien. Mais nous devions être à la hauteur de la saison précédente ! Nous nous sommes remis au travail avec autant d’entrain et de motivation que la première fois.

Avez-vous reçu des demandes particulières de la part des fans ?
Oui, nous avons reçu beaucoup de retours de fans. En France, les dessins animés sont destinés aux enfants. Ce n’est pas le cas au Japon où il en existe pour toutes les tranches d’âges. Ce qui est amusant sur Les mystérieuses cités d’or, c’est que nous avons eu des retours d’enfants mais aussi de leurs parents et même d’adultes sans enfants. C'est une vraie série familiale ! En général, ils nous soumettent les pays et les lieux dans lesquels ils aimeraient que nos héros découvrent les prochaines cités d'or.

Un dernier mot ?
Cette série offre de l’aventure, du voyage. Dans les documentaires, j’essaie de rester très en phase avec les événements des épisodes. J’aimerais donner envie aux enfants de découvrir le monde, de voyager et de voir l’autre comme le font les héros, de manière toujours très positive. Ils n’hésitent pas à aller vers des inconnus et, en retour, ces inconnus leur viennent très souvent en aide !

Press Kit

Partager