Folle Amanda - Interview de Michèle Bernier

Folle Amanda - Interview de Michèle Bernier

publié par Laura FRANCHET le 03/01/2017
«Faire rire le public est un moment magique»
À l’occasion des 50 ans de l’émission «Au théâtre ce soir», la comédienne Michèle Bernier interprète une chanteuse de music-hall au grand cœur dans la célèbre pièce «Folle Amanda». Une façon de rendre hommage à son amour pour le théâtre.
FOLLE AMANDA
MICHELE BERNIER | © PASCAL ITO

Quels souvenirs conservez-vous de l’émission «Au théâtre ce soir» ?
C’est un programme qui m’a donné envie de faire le métier de comédienne. À l’époque, je ne savais pas qu’il était possible de rire autant devant une pièce de théâtre diffusée à la télévision. Elle m’a appris qu’il existait une facette plus populaire du théâtre. Je me souviens avoir ressenti des émotions fortes devant cette culture que je ne connaissais pas. Dans ma famille, on allait plutôt au catch ce qui n’est pas exactement la même chose ! C’était donc important pour moi de rendre hommage à cette émission qui a nourri toute une génération de comédiens. Pour cet anniversaire, l’une des nombreuses pièces écrites par Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy était envisagée. J’ai immédiatement pensé à Folle Amanda car c’est une de mes pièces préférées de Jacqueline Maillan. Elle a marqué l’époque de Au théâtre ce soir.

Pour jouer Amanda, il faut associer talent de comédienne et de chanteuse. Auriez-vous caché au public votre attrait pour la musique ?
C’est vrai que j’adore ça ! J’avais un peu chanté dans la pièce Je préfère qu’on reste amis de Laurent Ruquier. Dans Folle Amanda, c’est différent car ce sont des morceaux que peu de personnes connaissent. C’est un vrai challenge et beaucoup de travail avec un arrangeur qui se charge de me mettre à l’aise avec la musique. Et puis, j’ai la chance d’être accompagnée d’un vrai pianiste, Pierre Cassignard qui joue Loulou, mon accompagnateur dans la pièce. Nous allons chanter ensemble, sans disque, des morceaux qui donnent la pêche !

Qu’est-ce que vous aimez dans le personnage d’Amanda ?
Sa liberté. Elle ne veut pas faire les choses pour l’argent car tout ce qui lui importe c’est son cœur qui bat. C’est un personnage positif, avec un grand sens de l’amitié et du partage. Elle évolue dans une France qui reste très conservatrice, même après 1968, et pourtant, Amanda est libre avec ses tenues extravagantes qui la rendent très moderne. J’aime infiniment ce personnage et j’aimerais beaucoup lui ressembler. Ainsi, je veux lui apporter tout ce que je peux, sans comparaison avec Jacqueline Maillan. C’est toujours un défi quand on s’attaque à un rôle mythique interprété par une si grande comédienne. Je vais essayer d’être moi-même et d’apporter ma personnalité pour faire taire les comparaisons.

Que pensez-vous de la troupe qui vous accompagne pour ce nouveau défi ?
C’est bien au-delà de mes espérances. Je suis entourée de personnes que j’apprécie réellement : Arielle Dombasle, une amie de longue date depuis notre tournage des Frangines il y a 15 ans. J’ai la chance de la retrouver dans le rôle de ma sœur une fois de plus. Philippe Lelièvre sait s’adapter à toutes les situations, il apporte une grande pudeur à cet antiquaire homosexuel. Je suis très heureuse de jouer avec Pierre Cassignard, un acteur de rêve qui possède une grande sensibilité. En revanche, je n’ai jamais travaillé avec Patrick Bradoué, l’ex-mari d’Amanda. Mais c’est un grand bonheur surtout qu’il est entré dans le personnage de Philippe en un clin d’œil !

Comment définiriez-vous la relation qu’Amanda entretient avec son ex-mari Philippe ?
C’est l’amour de sa vie ! Mais Amanda est loin d’être dupe, elle sait que son retour n’est pas complètement désintéressé. Philippe est convaincu que cette ancienne relation peut nuire à sa carrière politique car il est en campagne électorale. Pourtant, il conserve des souvenirs merveilleux de cette union, et surtout, il se sent vivant à ses côtés. Les spectateurs vont découvrir, au travers de leurs retrouvailles, une histoire d’amour qui ne peut se guérir.

Peut-on dire que le théâtre reste votre lieu d’expression favori ?
Oui ! J’aime le théâtre car on est comme sur un fil, dans l’ignorance de ce qui va se passer. Faire rire le public est un moment magique. Les acteurs qui ne connaissent pas cette sensation perdent énormément. Quand j’énonce le premier mot déclenchant l’hilarité des spectateurs, c’est un instant de grâce absolue. Je me sens comme dans une bulle, bercée par les salves de rires, partageant le bonheur sur scène avec les comédiens et dans la salle avec le public. Finalement au théâtre, mon cœur bat deux fois.

 

Press Kit

Partager