Profilage Saison 8 - Interview de Juliette Roudet

Profilage

Burn out
Jeudi 5 octobre à 21:00

Profilage Saison 8 - Interview de Juliette Roudet

publié par Laura Franchet le 08/08/2017
«Adèle agit toujours hors des sentiers battus»
La saison 8 de «Profilage» marque l’ultime confrontation entre Adèle et Argos. L’actrice et comédienne Juliette Roudet se confie sur les épreuves qui attendent son personnage et sur l’avenir de la brigade.
PROFILAGE
JULIETTE ROUDET | © CHRISTOPHE CHARZAT / TF1

La saison 7 s’achève sur la mort inattendue de Camille. Comment va réagir votre personnage Adèle face à ce drame ?
La saison 8 débute par le vide que ressent Adèle. La relation avec sa sœur jumelle Camille reste ambiguë même après la mort tragique de cette dernière : malgré le fossé qui s’était creusé entre elles, il subsiste ce lien d’amour fraternel indéfectible. Et surtout, il lui reste ce petit gars qui lui rappelle Camille tous les jours : Ulysse. Entre eux, un réel attachement se crée. Elle porte la responsabilité de  ce petit garçon qui n’a plus personne au monde excepté Adèle.

Que nous réserve cette nouvelle saison ?
Elle sera marquée par le retour d’Argos. Ce sont des retrouvailles douloureuses pour Adèle. Il met à l’épreuve tout ce qu’elle a construit dans sa vie : son travail, sa vie affective, sa relation à l’équipe, ses valeurs fondamentales. Le commandant Thomas Rocher met en danger sa vie et sa probité pour être présent à ses côtés. Pendant la saison 8, leur relation évolue fortement. Une vraie intimité se créée mais cette proximité est bouleversée par l’arrivée d’Aurélie, la sœur de l’ex-femme de Rocher. C’est une jeune femme fragile et déséquilibrée qui voit en Rocher une épaule réconfortante sur laquelle se reposer. Cette situation bouscule fortement la relation d’Adèle et Rocher qui ne demande pourtant qu’à se renforcer pour voir le jour. Des événements tragiques, liés au retour d’Argos, lors du final de la saison, vont les amener à prendre des directions différentes. Adèle va être en danger et Rocher va tout faire pour lui prêter main forte.  

Comment va évoluer la brigade après les bouleversements que Camille avait créés ?
L’équipe, qui est aussi une famille, doit se reconstruire et resserrer les liens autour d’Adèle car elle est en grande difficulté. Dans un premier temps, ce n’est pas simple, notamment pour le personnage d’Emma (Sophie de Fürst). Le début de la saison 8 est marqué par les stigmates laissés par Camille. Par la suite, une commissaire adjointe, Diane Baranski (Nathalie Blanc) intègre la brigade. Elle croit en l’autorité et le respect des procédures. Adèle agissant toujours hors des sentiers battus et souvent en marge de la légalité, les relations entre elle et Diane vont être houleuses et compliquées.

Qu’est-ce que votre personnage a changé à la série Profilage ?
L’ADN de mon personnage est très différent de celui de Chloé. Ainsi, en propulsant Adèle comme héroïne, la série a évolué. Adèle est toujours à fleur de peau et on ne sait jamais si elle va prendre quelqu’un dans ses bras ou casser une armoire ! Ces traits de caractères permettent de créer des intrigues plus dramatiques et fortes qui sont contrebalancées par des personnages de comédie comme Hippolite (Raphaël Ferret) et Jessica (Diane Dassigny). Ce sont les deux meilleurs amis d’Adèle et ils font beaucoup de bien à l’humeur de la série.

Comment s’est déroulé le tournage de la saison 8 de Profilage ?
Pour cette nouvelle saison, nos personnages ont eu la chance de traverser des histoires qui les ont profondément bouleversés. Nous apprenons à tourner de mieux en mieux ensemble, toujours dans l’amitié et la bienveillance. On retrouve le réalisateur Julien Despaux (Profilage, Falco) pour le final de la saison et c’était un grand bonheur.

Déjà deux ans que vous formez un véritable binôme avec Philippe Bas…
Nous partageons une réelle confiance et une exigence commune sur notre travail. Nous sommes toujours à l’écoute des propositions de l’autre car notre but est le même : faire évoluer la relation qui lie Adèle et Rocher. Je suis ravie car cette complicité est visible à l’écran et dans Profilage, leur duo reste essentiel.

Comment se déroule votre collaboration avec Maxime Berthémy, le nouveau chef de collection de Profilage ?
Avec les créatrices de la série, Sophie Lebarbier et Fanny Robert, nous vivons une relation très forte. Avec l’arrivée de Maxime Berthémy, j’ai dû apprendre à changer d’interlocuteur et une vraie confiance s’est progressivement installée entre nous. C’est un auteur de grand talent qui aime se nourrir des propositions des acteurs. Son arrivée s’est faite en même temps qu’Adèle, du coup il l’a considère comme son héroïne et c’est quelque chose de précieux pour moi : nous sommes presque nés ensemble dans la série !

Selon vous, qu’est-ce qui fait perdurer le succès de la série Profilage ?
D’abord, la qualité des textes et des histoires racontées. Mais aussi le talent des personnes avec lesquelles nous travaillons : auteurs, équipe technique… La réussite de cette série repose sur l’engagement et la foi de plus de soixante personnes ! Certains sont là depuis très longtemps, tandis que d’autres sont arrivés en même temps qu’Adèle. C’est très émouvant pour moi car nous partageons une véritable aventure commune.

Avez-vous de nouveaux projets ?
Je vais être sur scène à Paris et en province avec la tournée d’un spectacle de Pierre Rigal intitulé Même. Mon année va ressembler à la précédente avec de nouvelles rencontres et propositions, tout en faisant de la place pour un nouveau projet très excitant mais sans que ce soit incompatible avec Profilage. J’ai besoin de prendre de l’oxygène ailleurs pour m’épanouir complétement. Ce rythme de travail soutenu et cette diversité d’aventures artistiques, c’est ce qui me rend heureuse !