Les Français ont du génie - Itv Valérie Damidot et Paul Morlet

Les Français ont du génie - Itv Valérie Damidot et Paul Morlet

publié par Vanessa Vincent le 28/02/2017
«Devenir acteur de son propre destin»
Les Français ont toujours eu du génie ! De la création du stylo Bic® au K-Way® en passant par le soutien-gorge, le savoir-faire sur notre territoire est une question d’inventivité et de passion, souvent couronné de succès. Valérie Damidot et Paul Morlet, businessman visionnaire de 26 ans, fondateur de Lunettes pour tous, nous proposent une compétition inédite entre inventeurs. Lequel révolutionnera peut-être notre quotidien ? Eléments de réponses avec Valérie Damidot et Paul Morlet.
VIGNETTE LES FRANCAIS ON DU GENIE
© DR

Qu’est-ce qui vous séduit dans ce nouveau concept ?
Valérie Damidot –
Aller à la rencontre de femmes et d’hommes qui ont soif de créer est fascinant. C’est à la fois intéressant, très drôle et parfois un peu fou ! Les inventeurs sont incroyables ! Curieuse de nature, j’avais envie d’en savoir plus sur ces personnes qui passent leurs journées à faire travailler leur imagination pour concevoir de nouveaux concepts. Dans une société où la technologie règne en maître, il est important de poser notre regard sur le savoir-faire français qui n’a pas fini de nous surprendre. Beaucoup inventent des produits très simples, artisanaux. Cette émission est aussi un moyen de leur rendre hommage.

Paul Morlet – C’est l’occasion pour moi de découvrir des profils différents, issus de tous horizons qui souhaitent entreprendre un projet, concrétiser une idée. Certains sont au stade du prototype, d’autres à celui de la commercialisation ou encore de la croissance. Chacun d’entre eux a inventé un produit en lien avec son histoire personnelle. Je suis curieux de tout et j’adore repérer de nouveaux concepts.

Quel est votre rôle ?
P.M. –
Mon expérience en tant qu’entrepreneur me permet d’apporter une caution technique et une vision stratégique. Je me pose au préalable des questions majeures : Le concept est-il nouveau ou déjà vu ? Le prix de vente est-il prohibitif ou non ? Ce produit est-il susceptible d’être copié ? L’inventeur a-t-il saisi l’importance de son marché éventuel ? Sa taille ? Quel genre de boutiques peut-il viser ? Quelles peuvent être les marques concurrentielles ? Quelle stratégie adopter ? Quel est le financement nécessaire ? Nous avons noté chaque invention, mais aussi le potentiel des créateurs.

V.D. –Je suis en binôme avec Paul ; qui a une vision plus financière des projets. Jeune entrepreneur de talent, il a déjà monté une société qui connaît un vif succès et sait très vite repérer une idée florissante ! Je me considère pour ma part comme une consommatrice de base se posant des questions simples, mais importantes : quelle est l’utilité du produit ? Va-t-il révolutionner mon quotidien ? Le rapport qualité / prix est-il intéressant ? Nous rencontrons douze inventeurs par semaine. Nous notons leur invention selon plusieurs critères : l’originalité et l’utilité. Ensuite, nous les confrontons directement sur le terrain à leur public, devant des consommateurs qui les évaluent également. Enfin, les quatre meilleures créations seront présentées à un jury de grands professionnels qui désignera le gagnant en fin de semaine. Paul et moi formons un duo parfaitement complémentaire. Il n’est jamais évident de former un binôme, mais on s’amuse beaucoup !

Qui sont les membres du jury final ?
V.D. –
Chaque vendredi, lors de la finale, les quatre meilleures inventions de la semaine sont soumises à un jury d’exception composé de trois personnages charismatiques. Léon-Claude Duhamel, un autodidacte à qui l’on doit la création du K-Way®, en 1965. J’ai un coup de cœur pour lui car c’est un grand sentimental. Sandra Le Grand est une femme d’affaires implacable. Sébastien Forest, fondateur d’Alloresto, est un businessman pragmatique, mais il peut aussi se laisser attendrir par passion. Tous les trois sont différents, mais sont très complémentaires.

P.M. – Nous avons affaire à trois spécialistes pour donner le mot de la fin. Leur décision finale était par ailleurs conforme au choix que j’aurais fait. Ils prennent leur mission à cœur et avec sérieux.

Quel est le profil de ces Géo Trouvetout des temps modernes ?
V.D. –
Nous avons rencontré des personnes de tous les âges. Leur point commun ? Etre passionnés. Même s’ils exercent des métiers pour gagner leur vie, ils passent beaucoup de temps et investissent beaucoup d’argent dans leurs inventions. Ce savoir-faire français marque aussi un retour aux sources. En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées !

P.M. – Ils ont tous très envie de changer un peu le cours de leur vie, de devenir acteur de leur destin. Très peu se lancent seuls dès le début. Ils ont une idée qui leur trotte dans la tête et qu’ils ont su déployer. Les plus jeunes créateurs qu’on ait rencontrés - à l’origine de l’omelette à emporter - avaient 23 ans. Il y a encore beaucoup de place sur le marché pour réinventer des concepts car la consommation change. Les Français ne veulent plus acheter de la même manière. Aujourd’hui, nous assistons à la création d’une multitude de start-up. Nous sommes souvent dans «la mode du bon plan» et un produit attractif ne doit pas être cher.

A titre personnel, de quelle invention auriez-vous aimé être à l’origine ?
V.D. –
J’aurais adoré inventer le téléphone. Pouvoir parler à quelqu’un à distance demeure la plus belle invention.

P.M. – Dans le concours, celle du gagnant ! Créateur de concepts, j’aurais aimé être à l’origine d’Internet.

Press Kit

Partager